Ecoutez Radio Sputnik
    Secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg

    L’Otan ne renonce pas au dialogue avec la Russie

    © REUTERS / Arnd Wiegmann
    International
    URL courte
    9241
    S'abonner

    "Nous avons des divergences mais c’est l’une des raisons pour lesquelles nous devons nous rencontrer", estime M. Stoltenberg.

    Les Etats membres de l'Otan ne doivent pas renoncer au dialogue avec la Russie malgré les tensions entre Moscou et l'Occident sur fond de crise en Ukraine, a estimé le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg, dans un entretien avec le Wall Street Journal.

    Le refroidissement des relations ne doit pas, selon lui, annuler la possibilité d'un dialogue avec Moscou. "Nous avons des divergences, mais c'est l'une des raisons pour lesquelles nous devons nous rencontrer (à la table des négociations)", a indiqué M. Stoltenberg.

    "L'idée selon laquelle parler serait une sorte de concession ou de faiblesse est fausse. Surtout quand la tension monte, surtout quand il y a davantage d'activité militaire, davantage d'avions dans le ciel et de navires en mer", a-t-il ajouté.

    L'Otan, a poursuivi M. Stoltenberg, n'envisage pas de renoncer au renforcement de son potentiel défensif, tout en soulignant qu'il n'y a selon lui pas de contradiction entre ce renforcement et la poursuite des négociations.

    Jeudi, Jens Stoltenberg a pris part à la cérémonie d'ouverture à Vilnius (Lituanie) d'un centre de commandement de l'Alliance. Ces centres constituent, selon lui, une partie d'un vaste plan de l'Otan visant à renforcer la sécurité collective. Ils ont été inaugurés dans cinq autres pays: Bulgarie, Lettonie, Pologne, Roumanie et Estonie. « L'Otan est là pour défendre chacun de ses alliés », a souligné M. Stoltenberg.

    Lire aussi:

    Malgré la norme de l’Otan, 7 pays alliés veulent diminuer leurs dépenses de défense
    L'Otan a trouvé son maillon manquant
    L'Otan à l’Ukraine: "Nous ne pouvons pas résoudre tous vos problèmes"
    L'Otan prétend se trouver entre la menace russe à l'Est et la menace djihadiste au Sud
    Tags:
    OTAN, Jens Stoltenberg, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik