International
URL courte
28247
S'abonner

Visant à déboulonner le gouvernement et à démoraliser la société brésilienne, l’opposition de droite appelle à destituer Dilma Rousseff, alors que les partisans de la présidente interviennent en faveur de la démocratie.

La contestation des résultats de l'élection présidentielle d'octobre 2014 remportée par Dilma Rousseff est inspirée et attisée par l'opposition, a estimé le député brésilien fédéral Paulo Pimenta, membre du Parti des travailleurs (PT) de l'Etat du Rio Grande do Sul.

"Nous mobilisons la société brésilienne pour résister à toute tentative de coup d'Etat, tout en renforçant l'Etat de droit et les valeurs démocratiques", a déclaré M.Pimenta dans une interview exclusive accordée à Sputnik Brésil. 

Et d'ajouter que l'opposition se servait des réseaux sociaux pour essayer de déboulonner le gouvernement et de torpiller ses initiatives. 

"Dans ses efforts pour contester la victoire de Dilma Rousseff, l'opposition radicale s'applique à inciter la haine au sein de la société et des protestations contre la politique de l’ancien président Lula et de l'actuelle présidente du pays (…) Refusant de reconnaître sa défaite, l'opposition ne recule devant rien pour reconquérir le pouvoir", a constaté le parlementaire. 

Il a rappelé que les protestations de rue contre la présidente Dilma Rousseff avaient été organisées par les partisans d'Aécio Neves, candidat déçu de centre-droite (PSDB, Parti de la social-démocratie brésilienne) à la présidentielle. Ce représentant de l'élite avait appelé le peuple à "descendre dans la rue" pour protester contre "ce gouvernement sans autorité ni crédibilité". 

Selon M.Pimenta, la majorité des Brésiliens sont persuadés qu'il n’y a plus de place dans leur pays pour des coups d’Etat irresponsables qui, par le passé, ont causé tant de préjudice à la société.

"Les membres du Parti des travailleurs jugent nécessaire de conforter les positions de la présidente méritant tout le soutien du PT qui est uni, fort et prêt à contrer toute tentative de coup d'Etat au Brésil", a conclu le député.

Lire aussi:

Dilma Roussef première femme présidente du Brésil
Brésil: Dilma Rousseff promet de "grands changements" (médias)
Présidentielle brésilienne: Dilma Rousseff en tête au premier tour
Le 14-Juillet version Covid sur la place de la Concorde comme si vous y étiez
Tags:
coup d'Etat, opposition, présidente, Parti des travailleurs (PT), Aécio Neves, Paulo Pimenta, Dilma Rousseff, Brésil
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook