Ecoutez Radio Sputnik
    Marine Le Pen

    Marine Le Pen: pour l'Allemagne, les migrants sont des "esclaves bon marché"

    © AP Photo / Virginia Mayo
    International
    URL courte
    Crise migratoire (789)
    8314117
    S'abonner

    Prête à accueillir 800.000 réfugiés, l’Allemagne trouve là des "esclaves" à bon compte pour son économie et "sa démographie moribonde", estime la présidente du Front national (FN), parti d’extrême-droite français.

    L'Allemagne n'est pas du tout désintéressée en ouvrant ses frontières aux migrants qui ne sont à ses yeux que des "esclaves" prêts à travailler au rabais, ce qui permettrait à terme de baisser les salaires dans tout le pays, a affirmé dimanche la présidente du FN Marine Le Pen, citée par les médias français. 

    "Sans doute l'Allemagne pense-t-elle à sa démographie moribonde, et sans doute cherche-t-elle encore à baisser les salaires et à continuer à recruter des esclaves via une immigration massive", a-t-elle déclaré dans son discours de clôture de l'université d'été de son parti, à Marseille.

    Par ailleurs, Mme Le Pen a accusé l’Allemagne d’imposer à l'Europe, y compris à la France, l'accueil de "centaines de milliers de demandeurs d'asile".

    "Notre pays n'a plus ni les moyens, ni l'énergie, ni l'envie d'être plus généreux qu'il ne peut l'être avec la misère du monde (…) On ne peut plus accueillir personne, voilà la réalité!", a tranché la présidente du Front national. 

    Et de prévenir que la "submersion migratoire" recèle le danger de déstructuration avancée de l'identité nationale française. 

    En conclusion, Mme Le Pen a prôné une grande fermeté face à la "terrifiante crise migratoire" en Europe et en France.

    Dossier:
    Crise migratoire (789)

    Lire aussi:

    Migrants à Calais: la France appelle l'UE à la rescousse
    Migrants: la France pourrait suspendre les accords de Schengen (médias)
    La France appelle l'Italie à retenir les migrants tunisiens (TV)
    Tags:
    crise, migrants, Front national (FN), Marine Le Pen, Marseille, France, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik