Ecoutez Radio Sputnik
    Itouroup

    Kouriles: Tokyo juge inadmissible la visite d'un ministre russe

    © Sputnik . Sergei Krasnoukhov
    International
    URL courte
    8535

    Le ministre russe des Transports s'est rendu à Kounachir pour étudier le développement des infrastructures locales. Comme les autres visites de responsables russes dans les Kouriles, celle-ci a été vivement critiquée par Tokyo.

    Le ministère japonais des Affaires étrangères considère comme "inadmissible" le déplacement du ministre russe des Transports Maxim Sokolov dans l'une des îles Kouriles, revendiquées par le Japon, qui les qualifie de Territoires du nord.

    "Cette visite va à l'encontre de la position du Japon (vis-à-vis de l'appartenance de ces îles, ndlr) et est inadmissible", a déclaré la partie nippone, citée par l'agence Kyodo, dans un entretien téléphonique avec l'ambassade russe à Tokyo.

    Le ministre russe de l'Agriculture Alexandre Tkatchev a lui aussi récemment visité les îles contestées. Il s'est rendu début septembre à Itouroup, provoquant la colère du Japon. Son ministère des Affaires étrangères avait alors présenté une note de protestation à l'ambassade russe, que celle-ci a cependant rejetée.

    Fin août, le premier ministre russe, Dmitri Medvedev, s'est rendu à Itouroup, donnant lieu à une autre protestation de Tokyo.

    Le Japon revendique les îles Itouroup, Kounachir, Chikotan et l'archipel des Habomai. Le rattachement de ces îles est un préalable selon Tokyo à la conclusion du traité de paix qui n'a jamais été signé après la Seconde Guerre mondiale. La Russie estime que les Kouriles du sud ont fait partie de l'URSS après la Seconde Guerre mondiale et que la souveraineté russe sur ces territoires est incontestable.

    Lire aussi:

    Kouriles: Tokyo réagit à la visite de Medvedev
    Kouriles: une visite de Medvedev déclenche l’ire de Tokyo
    Tokyo compare la situation en Ukraine avec les Kouriles: Moscou perplexe
    Tags:
    Japon, Russie, Kouriles du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik