Ecoutez Radio Sputnik
    Sous-marin

    "Ah, c'était nous en fait": 5 mois après, la Royal Navy blanchit le sous-marin russe

    © AFP 2018 VALERY HACHE
    International
    URL courte
    41255

    Le ministère britannique de la Défense a reconnu que les sous-marins russes étaient hors de cause dans le cadre d'un incident avec un chalutier. Cinq mois après l'événement, il a reconnu que c'était bien un sous-marin britannique qui avait endommagé le chalutier pêchant en mer d'Irlande, annonce The Daily Mail.

    Le chalutier The Karen, originaire d'Ardglass, a été brusquement entraîné et  remorqué sur 18 milles par un engin attrapé dans ses filets. Heureusement, l'un des brins d'acier le reliant au chalut a rompu, le projetant violemment vers avant, et le chalut étant sérieusement endommagé mais l'équipage a pu s'en tirer indemne, ayant pu libérer le treuil pour ne pas être entraîné par le fond.

    Coïncidence, les exercices de l'Otan dans le nord de l'Écosse avaient eu lieu cette semaine-là, ce qui a donné naissance à une théorie selon laquelle les manœuvres de l'alliance auraient pu attirer l'attention des Russes.

    Sans rien affirmer précisément, il fallait cependant  alimenter cette rumeur: "Il est possible que ce soit un sous-marin russe," a dit Dick James, le directeur exécutif de l'Organisation de la Northern Ireland Fish Producers.

    Sans nier son implication, la Royal Navy a déclaré qu'aucun de ses sous-marins ne se trouvaient en mer d'Irlande, et la ministre d'État chargée des Forces armées, Penny Mordaunt, a affirmé au parlement que les navires du Royaume-Uni n'étaient en rien impliqués.

    L'hypothèse rejetant la faute sur les Russes semble toujours  convaincante: la Suède a "trouvé" a plusieurs reprises des sous-marins russes, les confondant avec d'autres types de bateaux,  des soldats et des brigades fantômes russes étant par ailleurs souvent vus en Ukraine et en Europe.

    Heureux d'être protégé par une explication à la mode, le ministère anglais de la Défense, peu pressé de révéler qu'il aurait pu s'agir d'un des siens, de vrais spécialistes à entraîner les chalutiers par le fond, une sorte de tradition anglaise comme cela a déjà se vérifier. Comme en 2004 avec un chalutier hollandais. Et ce n’est pas le seul exemple de ce genre d’incident côté anglais: la liste des accidents de sous-marins dressée depuis des années est plus qu’impressionnante.

    Le ministère a alors refusé de commenter le fait qu'il y avait des manœuvres dans la région, à environ 18 miles de Ardglass, mais un groupe de pêcheurs a dit que les navires de la Royal Navy, habituellement, s'arrêtent et vérifient l'équipage de l'autre navire, après une telle collision, se porte bien". 

    Pourtant, après cinq mois écoulés, Mme Mordaunt semble s'être souvenue de quelque chose. Elle a dû faire marche arrière et révéler que c'était en fait un sous-marin britannique qui s'était accroché à Karen. 

    "L'US Navy a confirmé qu'un sous-marin britannique a été, en réalité, responsable d'avoir déchiré les filets du Karen. Nous regrettons cet incident ainsi que les délais de la clarification de ses circonstances et ses conséquences", a déclaré Penny Mordaunt.

    Dans le même temps, elle a remarqué que l'équipage du sous-marin ne savait pas qu'il avait attrapé les filets d'un chalutier, l'ayant confondu avec un autre engin. Sinon, ils lui auraient porté assistance.

    Lire aussi:

    Suède: un nouveau "sous-marin russe" découvert
    Le «duel contre le sous-marin russe» pour cacher la honte de la flotte britannique
    Héros de l'Arctique: les exploits méconnus des navires de la flotte du Nord
    Tags:
    sous-marins, The Karen, Royal Navy (Royaume-Uni), Penny Mordaunt, Royaume-Uni, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik