Ecoutez Radio Sputnik
    Réfugiés

    Juncker: l'UE doit répartir 160.000 réfugiés dès la semaine prochaine

    © AFP 2019 ATTILA KISBENEDEK
    International
    URL courte
    7113

    Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a appelé les pays membres de l'Union européenne à trouver un accord pour répartir 160.000 réfugiés qui se trouvent à présent en Grèce, en Italie et en Hongrie.

    "C'est 160.000 (personnes) que les Européens doivent prendre dans leurs bras (…) Ceci doit être fait de façon obligatoire", a déclaré M.Juncker lors de son premier discours sur l'état de l'Union devant le Parlement européen à Strasbourg.

    Il a exhorté les ministres européens de l'Intérieur, qui se réunissent à Bruxelles le 14 septembre prochain, à "se mettre d'accord" sur ce sujet.

    M.Juncker a en outre demandé aux Européens à ne pas faire de distinction entre les réfugiés en fonction de leur religion ou de leurs croyances.

    Migrants
    © AP Photo / S. Yulinnas, File
    "Il n'y a pas de religion, de croyance, de philosophie quand il s'agit de réfugiés. Nous ne faisons pas de distinction", a-t-il insisté.

    Depuis le début de l’année 2015, près de 340.000 migrants sont arrivés dans l'Union européenne, soit une hausse de 175% par rapport aux chiffres enregistrés pendant la même période de l'année 2014.

    Selon les estimations du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), à l'horizon 2016, le nombre de personnes traversant la Méditerranée pour trouver asile en Europe pourrait atteindre à 850.000.

    Lire aussi:

    Mogherini: la crise des migrants va "durer"
    Ces migrants qui entrent en Europe par la Russie
    Norvège: des hôtels de luxe accueilleront des réfugiés
    4.000 combattants de l'EI ont pénétré en Europe en tant que réfugiés
    Tags:
    quotas, crise migratoire, réfugiés, Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Commission européenne, Union européenne (UE), Jean-Claude Juncker, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik