International
URL courte
2179
S'abonner

En réponse à une vague de plaintes émanant de lecteurs, le journal allemand Bild a décidé de supprimer toutes les photographies du petit réfugié syrien mort.

Le Bild allemand a été littéralement harcelé par des lecteurs mécontents de voir la photo d'Aylan Kurdi sur ses pages. Alors que le journal appliquait une politique proclamant que "le monde doit savoir la vérité", les lecteurs se sont montrés préoccupés par ce type de vérité. Ainsi, une photographie du petit réfugié syrien, devenu mondialement connu post mortem, est apparue juste comme la goutte d'eau qui a fait déborder le vase de leur patience — et ils se sont érigés contre de telles publications.

Le quotidien, par conséquent, a été obligé de nettoyer ses pages de toutes les funestes photographies du petit Syrien mort noyé en Méditerranée. Ses photographies ont retenti comme un coup de tonnerre, suscitant un vaste sentiment de désarroi et de compassion dans le public — un appel à sa conscience qu'il n'a pas du tout apprécié.

Par la suite, le Bild a comparé les photographies d'Aylan à celle d'une petite fille vietnamienne, qui avait elle aussi suscité un tollé dans les médias à l'époque de la guerre du Viêt Nam.

"Le monde doit voir la vérité pour devenir différent", a déclaré le Bild.

La décision de supprimer les photographies du réfugié est survenue une semaine plus tard, après que le journal ait consacré toute sa quatrième page à cette photo angoissante d'Aylan, tête au sol sur la plage de Bodrum.

Aylan Kurdi. Archive photo
© REUTERS / Kurdi family/Handout via Reuters

Cette image a également rendu perplexe quelques médias occidentaux. Le Guardian britannique, par exemple, a préféré publier la photographie d'un policier, portant le petit dans ses bras, à celle dont il est question.

The Independent a été le seul média du Royaume-Uni à avoir publié la photo scandaleuse.

Le rédacteur de the Independent Amol Rajan s'est quant à lui prononcé en faveur de cette publication.

"Après tout, nous avons ressenti — et nous le ressentons toujours — que le choc constitue un instrument puissant du journalisme, tout comme pour la démocratie. Notre ambition était de choquer le monde et ainsi de l'inciter à agir", a-t-il souligné.

Lire aussi:

Enfant syrien noyé: la photo de trop?
Migrants: Hollande propose un "mécanisme d'accueil permanent et obligatoire"
L'Amérique latine, terre de cocagne pour les réfugiés syriens
Le premier ministre du Québec accueille une famille de réfugiés syriens
"Nous reprendrons la route dès que nos chaussures seront sèches"
L'UE va-t-elle transformer la Méditerranée en "cimetière de migrants"?
Tags:
crise migratoire, Royaume-Uni, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook