International
URL courte
Crise migratoire (789)
271
S'abonner

Malgré tous les moyens pour limiter la présence de réfugiés sur son sol, le Danemark a annoncé jeudi que les liaisons ferroviaires avec l'Allemagne allaient reprendre dans la journée, au lendemain de la suspension de ces liaisons en raison d'un afflux de migrants, rapporte l'AFP.

La police de Danemark
© REUTERS / Jens Norgaard Larsen/Scanpix
Toutefois, un ferry qui embarque habituellement des trains sera fermé à ces derniers.

La police danoise avait ordonné mercredi la suspension des liaisons ferroviaires grandes lignes avec l'Allemagne après que plusieurs centaines de migrants, en provenance d'Allemagne et en transit pour la Suède, eurent refusé de descendre du train à leur arrivée au Danemark.

"Je ne veux pas voir au Danemark de scènes similaires à celles que nous avons vues à la gare de Budapest. Mais il est clair que nous sommes sous pression. Les gens viennent au Danemark, un pays pacifique et sûr. Pourtant, certains ne veulent pas demander l'asile et préfèrent aller en Suède. Cela montre que nous sommes confrontés non seulement à un problème de réfugiés, mais aussi à un problème de migration", a expliqué le premier ministre danois, Lars Løkke Rasmussen.

Comme les réfugiés refusaient de demander l'asile au Danemark, les autorités leur ont expliqué qu'ils risquaient de cette manière d'être refoulés vers l'Allemagne. Certaines de ces personnes ont tenté de s'enfuir, mais la plupart ont été rattrapées par la police, qui les a envoyées dans un centre pour réfugiés.

La police danoise a par ailleurs fermé mercredi une partie de l'autoroute qui traverse Padborg, afin d'assurer la sécurité de quelque 300 migrants qui tentaient de rejoindre à pied la Suède.

"Nous ne voulons pas rester au Danemark. Nous disons +non+ au Danemark", a déclaré un réfugié, en précisant son intention de partir pour la Suède.

Si la Suède est, avec l'Allemagne, l'une des destinations privilégiées des réfugiés, notamment syriens, qui arrivent en Europe, le Danemark est moins attrayant et a lui-même tâché de l'être encore moins en n'accordant que des droits de résidence temporaire, en compliquant le regroupement familial et en réduisant les allocations pour les nouveaux arrivants.

Dossier:
Crise migratoire (789)

Lire aussi:

La Slovaquie dit non aux quotas de réfugiés
Juncker: l'UE doit répartir 160.000 réfugiés dès la semaine prochaine
850.000 migrants gagneraient l'Europe d'ici 2016
A qui imputer la crise des migrants?
Crise des migrants: qui sont les responsables?
Tags:
liaisons ferroviaires, crise migratoire, migrants, migration, Lars Løkke Rasmussen, Danemark, Suède, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook