International
URL courte
44822
S'abonner

Les exercices russes réalisés au large des côtes syriennes respectent le droit international, a noté le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, commentant les rapports des médias sur ces activités militaires."

"Quant aux exercices menés en mer Méditerranée (au large de la côte syrienne, ndlr), je ne dispose pas d'information sur ce sujet. Mais le fait qu'ils sont régulièrement réalisés par la Marine russe, est avéré. Ils sont effectués en pleine conformité avec les normes du droit international", a déclaré le chef de la diplomatie russe.

Afin d'éviter des "incidents involontaires" en Syrie, Sergueï Lavrov a appelé aujourd'hui les membres de la coalition internationale contre l'EI à entamer la coopération avec Damas et l'armée syrienne.

"Aujourd'hui, mieux vaut tard que jamais, nous appelons les membres de la coalition à commencer à coopérer avec le gouvernement et l'armée syriens," a déclaré M. Lavrov, motivant cet appel par le fait que les frappes aériennes étaient insuffisantes et qu'il fallait coopérer avec les forces terrestres, dont la plus efficace est l'armée syrienne.

Selon Sergueï Lavrov, les ministres des Affaires étrangères d'un certain nombre de pays européens se sont déjà prononcés en faveur de cette proposition, se rendant compte de la contre-productivité des mesures déjà prises et de la nécessité de gérer les priorités.

"Si la priorité est la lutte contre le terrorisme, nous devons mettre de côté toutes les considérations conjoncturelles telles que le changement de régime en Syrie", a fustigé le chef de la diplomatie russe.

Lire aussi:

Présence militaire russe en Syrie: Washington inquiet
Des troupes russes participent-elles aux combats en Syrie?
Toute la verité sur les militaires russes en Syrie
Covid-19, en continu: près de 100.000 morts dans le monde, un nouveau transfert de malades depuis Paris
Tags:
coopération, exercices militaires, Etat islamique, Sergueï Lavrov, Méditerranée, Moscou, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook