Ecoutez Radio Sputnik
    Sergueï Lavrov

    Moscou a des doutes sur les vrais objectifs de la coalition anti-EI

    © Sputnik . Evgeny Biyatov
    International
    URL courte
    L'Etat islamique (2014) (1131)
    1051406

    Les Etats-Unis savent où se trouvent les positions des djihadistes de l'Etat islamique (EI), mais ne donnent pas toujours l'ordre de les frapper, selon le chef de la diplomatie russe.

     
    Moscou a l'impression que ses partenaires américains ont créé leur coalition anti-EI sans plan réfléchi, voire que cette coalition avait dès le départ des objectifs autres que ceux invoqués, a indiqué le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. 

    "L'analyse des frappes effectuées par l'aviation des pays faisant partie de la coalition dirigée par les Etats-Unis donne une étrange impression. On a parfois la sensation qu’outre l'objectif déclaré, la lutte contre l'EI, il y a quelque chose d'autre dans les tâches de cette coalition", a déclaré M.Lavrov.

    Et d'ajouter que Moscou disposait de certaines informations selon lesquelles bien que les Américains connaissent l’emplacement exact des positions de l'EI, ils ne donnent pas toujours l'ordre de les frapper. 

    "Certains de nos collègues des pays faisant partie de la coalition disent avoir parfois des informations précises sur les positions de l'EI, alors que le commandant de la coalition (naturellement, les Etats-Unis) ne donne pas son feu vert pour porter une frappe", a expliqué le chef de la diplomatie russe. 

    M.Lavrov s'est abstenu de toute conclusion, se contentant d’indiquer que de telles informations parvenaient à Moscou.

    Dossier:
    L'Etat islamique (2014) (1131)

    Lire aussi:

    Un an d'opération contre l'EI: la coalition accumule les revers
    Al-Qaïda prête à coopérer avec l'EI contre la coalition internationale
    EI: l'Irak appelle la coalition US à changer de stratégie de lutte
    Tags:
    frappe aérienne, coalition, Etat islamique, Sergueï Lavrov, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik