Ecoutez Radio Sputnik
    un migrant

    L’immigration comme remède au suicide de l'Europe

    © REUTERS / Srdjan Zivulovic
    International
    URL courte
    Crise migratoire (789)
    24431
    S'abonner

    Malgré les craintes des Européens à propos des migrants qui mettraient en danger l’avenir de leur pays, le flux actuel de réfugiés pourrait contribuer à enrayer le déclin démographique et à augmenter le marché du travail en manque de main d'œuvre.

    Selon le vice-président de la Banque centrale européenne (BCE), Vitor Constancio, l'Europe vieillissante a besoin de migrants.

    "Depuis de nombreuses années, l'Europe se suicide démographiquement. Il ne suffit pas d'encourager la fertilité afin d'inverser la tendance. L'immigration est aussi nécessaire. Si elle n'est pas suffisante, nous créerons une barrière à la croissance et au bien-être social des générations à venir", a déclaré Vitor Constancio dans une interview accordée à Reuters.

    En outre, la même idée a été récemment avancée par le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel.

    "Si nous arrivons à former rapidement ceux qui viennent chez nous et à les embaucher, alors nous résoudrons l'un des principaux défis pour l'avenir de notre économie, à savoir le manque de travailleurs qualifiés", a rapporté Sigmar Gabriel.

    La crise des migrants a pris une tournure catastrophique ces derniers jours avec l'augmentation continue du nombre de réfugiés. Selon le plan de la Commission européenne, les réfugiés doivent être partagés entre les pays de l'UE en proportion de la population, de l'économie et du niveau de vie dans les Etats. Ainsi, l'Allemagne accueillera 31.443 migrants, la France 24.031 et l'Espagne 14.931.

    Quatre pays de l'est, la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie et la République tchèque ont rejeté catégoriquement l'idée des quotas.

    Dossier:
    Crise migratoire (789)

    Lire aussi:

    La crise des migrants a fait de l'Europe un "club d'égoïstes"
    Réfugiés: Merkel s'emmêle
    Crise des migrants: qui sont les responsables?
    Tags:
    Banque centrale européenne (BCE), crise migratoire, migration, migrants, Sigmar Gabriel, Vitor Constancio, Allemagne, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik