Ecoutez Radio Sputnik
    Crise migratoire: la Croatie a épuisé ses capacités

    Crise migratoire: la Croatie a épuisé ses capacités

    © REUTERS / Laszlo Balogh
    International
    URL courte
    Crise migratoire (785)
    1793

    Le Premier ministre croate, Zoran Milanovic, a déclaré que son pays ne pouvait plus enregistrer ni accueillir de migrants.

    Certains pays de l'Europe se disent débordés par l'arrivée massive de migrants sur leur sol. Clôtures de barbelés, policiers déployés à la frontière — les milliers de réfugiés ne sont plus les bienvenus.

    La Croatie, devenue la nouvelle route d'exil des migrants, s'est montrée préoccupée davantage pour son propre sort que pour celui des nouveaux arrivants.

    "Depuis deux jours, plus de 13.000 personnes ont franchi notre frontière. (…) Nous ne pouvons plus les accueillir chez nous. Devons-nous mettre en cause l'économie croate, le tourisme et le réseau routier? Je répète: nous n'avons pas que le cœur, nous avons aussi la tête", a affirmé le Premier ministre croate.

    Comme Budapest avait fermé l'intégralité de sa frontière avec la Serbie et venait de terminer de clôturer sa frontière avec la Croatie, les migrants ont bifurqué vers la Croatie.


    Cependant, la Croatie a acheminé vendredi une vingtaine de bus de migrants vers la Hongrie, où plus de 200 policiers et militaires les "attendaient".

    Depuis le début de 2015, près de 500.000 migrants sont arrivés sur le territoire de l'Union européenne. Selon le plan de la Commission européenne, les réfugiés doivent être partagés entre les pays de l'UE en proportion de la population, de l'économie et du niveau de vie dans les Etats.

    Dossier:
    Crise migratoire (785)

    Lire aussi:

    Migrants: la Hongrie propose une force militaire européenne en Grèce
    Hongrie: gaz lacrymogène et canons à eau déployés contre les migrants
    Hongrie: des enfants pris dans les barbelés rasoirs
    Tags:
    réfugiés, migrants, crise migratoire, Serbie, Croatie, Hongrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik