International
URL courte
Crise migratoire (789)
9194
S'abonner

Ces dernières semaines, les centres allemands d'accueil des réfugiés ont été la cible de plusieurs attaques.

Un gymnase destiné à héberger des réfugiés a été incendié dans la petite ville de Wertheim (Bade-Wurtemberg, sud-ouest de l’Allemagne) dans la nuit du 19 au 20 septembre, a annoncé le journal Zeit se référant à la police locale.

L'incendie, qui serait d'origine criminelle, s'est déclaré après l'installation de 330 lits dans le gymnase, d'après un porte-parole de la police.

On ne déplore aucune victime, mais l'édifice est sur le point de s'effondrer. Selon un responsable de l'administration municipale, la ville de Wertheim, qui accueille déjà 600 réfugiés logés dans un autre endroit, n'est pas en mesure d'ouvrir un autre centre d'accueil.

Ces derniers temps, plusieurs incidents se sont produits dans des centres d'accueil pour migrants en Allemagne et notamment en Bade-Wurtemberg. Au moins cinq personnes ont été blessées dans un incendie à Rothenburg. Des inconnus ont jeté un fumigène dans la cour d'une maison abritant une cinquantaine de réfugiés à Neckargemünd.

Fin août, des inconnus ont incendié un foyer de réfugiés en Basse-Saxe (nord-ouest de l’Allemagne), en jetant un cocktail Molotov par la fenêtre. Un autre incendie s'est déclaré dans la nuit du 23 au 24 août dans un immeuble d'Unterweissach où les autorités locales entendaient créer un centre d'hébergement pour demandeurs d'asile.


Dossier:
Crise migratoire (789)

Lire aussi:

Allemagne: plus de dix blessés lors d'affrontements entre réfugiés et policiers
Des réfugiés musulmans se convertissent au christianisme pour rester en Allemagne
Ce que l'on sait sur Alexandra De Taddeo, la compagne de Pavlenski qui aurait reçu les vidéos X de Griveaux
«Il a tiré quatre balles dans la poitrine d’Asoman»: après qu’on a abattu son chien, elle pense à fuir l’Afghanistan
Tags:
incendie criminel, crise migratoire, migrants, réfugiés, Bade-Wurtemberg, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook