International
URL courte
61886
S'abonner

Plusieurs points de passage à la frontière entre l'Ukraine et la Crimée ont été fermés ce dimanche par la partie ukrainienne dans le cadre du blocus alimentaire imposé par des ex-dirigeants des Tatars de Crimée expulsés de la péninsule pour "incitation à la haine raciale".

Plus de 100 camions ukrainiens transportant des produits alimentaires sont immobilisés à la frontière entre l'Ukraine et la Crimée dans le cadre du blocus imposés par les députés du parlement ukrainien et anciens dirigeants des Tatars de Crimée Refat Tchoubarov et Moustafa Djemilev.

"Nous avons fermé le dernier «trou» à la frontière administrative entre l'Ukraine continentale et la Crimée provisoirement occupée. Il s'agit du point de passage de Kalatchak. Plus de 100 camions se sont accumulés dans cette région, mais aucun d'entre eux ne passera", a indiqué M. Tchoubarov sur sa page Facebook.

Le gouvernement de la Crimée a annoncé dimanche que l'Ukraine avait suspendu la livraison de produits alimentaires à la péninsule dans le cadre d'un blocus imposé sine die.

"Le blocus de la Crimée par Tchoubarov et Isliamov a été mis en place avec le concours de Secteur Droit (Pravy Sektor). Plusieurs centaines de camions sont bloqués aux postes-frontières ukrainiens", a déclaré Rouslan Balbek, chef-adjoint du gouvernement de la péninsule.

Selon lui, le blocus alimentaire a été initié par Refat Tchoubarov, Moustafa Djemilev et le propriétaire d'une chaîne de télévision tataro-criméenne Lenour Isliamov. Ils sont convaincus que la Crimée ne pourra se passer des denrées ukrainiennes.

"Leurs calculs sont complètement faux. Depuis près d'un an, pratiquement tous les produits alimentaires consommés en Crimée proviennent de Russie. C'est la raison pour laquelle ce blocus est une lutte contre les moulins à vent", a affirmé Rouslan Balbek.

La situation prévalant à la frontière entre l'Ukraine et la Crimée a fait l'objet d'un commentaire à la Douma (chambre basse du parlement russe). D'après Leonid Kalachnikov, vice-président de la commission des Affaires étrangères, Moscou ne doit pas réagir à cette provocation.

"Je ne pense pas qu'il soit nécessaire de répliquer en fermant les frontières avec l'Ukraine. Nous avons des normes réglementant le passage à la frontière du pays et nous devons les respecter", a indiqué le député.

Lire aussi:

Ukraine: bientôt un bataillon musulman à la frontière avec la Crimée?
L’Ukraine racontera sa «Vérité sur la Crimée»
Journaliste: restituer la Crimée à l'Ukraine violerait les droits des habitants
Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
Tags:
Secteur droit, Moustafa Djemilev, Crimée, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook