Ecoutez Radio Sputnik
    Espace Schengen

    Ces douze "vauriens" qui ont détruit Schengen

    © Flickr
    International
    URL courte
    Crise migratoire (785)
    40869

    La liste dressée par un journaliste britannique comprend non seulement des hommes politiques de premier plan, mais aussi des trafiquants ou encore des terroristes.

    La menace de destruction de l'espace Schengen (espace de libre-circulation s'étendant sur 26 pays d'Europe, ndlr) et la crise migratoire en Europe sont la faute de "dictateurs, de criminels et de trafiquants d'êtres humains situés en dehors de l'Europe", ainsi que d'hommes politiques de premier plan, dont Barack Obama ou David Cameron, écrit le journaliste Michael Binyon dans le journal américain Politico.

    M.Binyon dresse la liste des "douze vauriens" qui, selon lui, ont contribué placé l'espace Schengen au bord de l'explosion. Outre le président américain et le premier ministre britannique, la liste comprend le président syrien Bachar el-Assad, l'ex-président américain George Bush, la chef du Front national Marine Le Pen, le premier ministre hongrois Viktor Orban, le président turc Recep Tayyip Erdogan, les terroristes Ayoub el-Khazani et Mehdi Nemmouche, le président érythréen Isaias Afewerki, le leader du groupe Etat islamique (EI) Abu Bakr al-Baghdadi, ainsi que des trafiquants d'êtres humains.

    Chaque personne de cette "douzaine du déshonneur" est coupable d'un crime, estime le journaliste britannique.

    Ainsi, Bachar el-Assad est accusé d'"avoir lancé la guerre civile sanglante en Syrie", qui a provoqué des flux migratoires croissants se dirigeant vers l'Europe.
    Barack Obama s'est montré trop "mou" à l'égard du conflit en Syrie et n'a pas réussi à armer les "insurgés modérés". C'est cette politique qui "a ouvert les portes à l'extrémisme islamique", explique M.Binyon.

    L'expert britannique impute l'intervention en Irak en 2003 à George Bush, ce qui a "radicalisé une nation ruinée", provoqué des conflits interethniques et religieux et contribué à l'apparition des groupes djihadistes menant des actions contre l'Occident.

    "L'ex-président américain est responsable de la déstabilisation d'une région toute entière", a fait remarquer Michael Binyon.

    David Cameron est mentionné pour son refus de participer à la redistribution des migrants et de "prendre en charge" ceux qui réussissent à atteindre les côtes britanniques.

    Le spécialiste en questions internationales a également critiqué les déclarations de Viktor Orban, qui a annoncé auparavant que le flux de migrants musulmans vers l'Europe menaçait sa "nature chrétienne", et de Marine Le Pen, qui a proposé de rétablir des contrôles frontaliers.
    Recep Tayyip Erdogan est coupable d'avoir "relancé la confrontation militaire" avec les Kurdes en les forçant ainsi à quitter le territoire du pays. Il en est de même avec le président de l'Erythrée, dont les habitants entreprennent des tentatives désespérées pour partir en Europe.

    Le leader de l'EI et ses alliés sont la cause principale de la crise migratoire qui sévit actuellement en Europe, a fait savoir le journaliste.

    Michael Binyon a également mentionné deux terroristes ayant récemment perpétré des attentats en Europe.

    Le premier, Ayoub el-Khazani, a ouvert le feu dans le train Thalys Amsterdam-Paris en août dernier. Le criminel a été neutralisé par les passagers, parmi lesquels deux militaires américains. Comment el-Khazani a-t-il réussi à franchir la frontière belge tout en transportant des armes à feu, si les services de renseignement étaient au courant de ses liens avec des islamistes radicaux, s'interroge le journaliste.

    Un autre terroriste, le Français d'origine algérienne Mehdi Nemmouche, est coupable du meurtre de civils dans le musée juif de Belgique en mai 2015. Il a été arrêté quelques jours plus tard à Marseille. Selon Michael Bynion, le terroriste était soupçonné d'avoir combattu dans les rangs de l'EI au Proche-Orient. Il était un des premiers à avoir exprimé son envie de rentrer en Europe afin de commettre des attentats sur son territoire.

    Il est à noter que la liste des "douze vilains" dressée par le journaliste britannique a déjà fait l'objet des critiques de la part d'autres experts. Ainsi, Raheem Kassam, rédacteur en chef du portail numérique Breitbart, a répondu que ces facteurs avaient sans doute déstabilisé l'espace Schengen, mais que les actions d'Angela Merkel ont été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase.

    L'afflux massif de migrants vers l'UE divise les pays européens. Les dirigeants des pays membres n'arrivent pas à gérer les flux migratoires en provenance des pays déchirés par les conflits armés. Selon certaines sources, près de 500.000 migrants ont rejoint le territoire européen depuis le début de l'année 2015. Certains pays sont allés jusqu'à réintroduire des contrôles frontaliers afin d'endiguer les flux interminables des réfugiés, remettant ainsi en cause les accords Schengen.

     

    Dossier:
    Crise migratoire (785)

    Lire aussi:

    La Bulgarie ferme ses frontières aux migrants
    Migrants: la Croatie bloque des passages frontaliers
    Migrants: la Hongrie a fermé sa frontière
    Tags:
    crise humanitaire, intervention, crise, guerre civile, guerre, victimes, frontière, Espace Schengen, accords de Schengen, politique, crise migratoire, Front national (FN), Etat islamique, David Cameron, Recep Tayyip Erdogan, Bachar el-Assad, Viktor Orban, Marine Le Pen, George Bush, Barack Obama, Turquie, France, Royaume-Uni, Hongrie, Allemagne, Syrie, Irak, Proche-Orient, États-Unis, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik