Ecoutez Radio Sputnik
    Benjamin Netanyahu, premier ministre israélien

    Téhéran fustige les déclarations de Netanyahu à Moscou

    © AP Photo/ Richard Drew
    International
    URL courte
    Nucléaire iranien (2015) (124)
    275043405

    Lors de sa rencontre avec Vladimir Poutine lundi, le premier ministre israélien a annoncé que l'Iran "cherchait à créer un second front terroriste avec le soutien de l'armée syrienne" contre Israël sur le plateau du Golan, un territoire litigieux situé entre la Syrie et Israël.

    Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Amir Hossein Abdullahian a qualifié de "non-sens" la déclaration de Benjamin Netanyahu concernant le rôle de l'Iran dans la crise syrienne.

    Lors de sa rencontre avec Vladimir Poutine lundi, le premier ministre israélien a annoncé que l'Iran "cherchait à créer un second front terroriste avec le soutien de l'armée syrienne" contre Israël sur le plateau du Golan. Selon M.Netanyahu, l'Etat hébreu doit faire tout son possible afin d'empêcher le transfert d'armes au groupe libanais Hezbollah et se sécuriser.

    "Monsieur Netanyahu a fait des efforts considérables pour empêcher la signature de l'accord entre le groupe "5+1" et l'Iran. Il s'est démené afin que différents pays soutiennent la politique d'Israël. Heureusement, personne n'a aidé Netanyahu dans ce domaine. Ces derniers jours nous entendons encore les déclarations non équilibrées faites suite à sa défaite concernant l'accord sur le nucléaire iranien. Ce qu'il annonce est un non-sens, c'est absurde", a fait remarquer M.Abdullahian.

    Le 14 juillet 2015, les représentants de l'Iran et des six grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) ont trouvé un compromis concernant le programme nucléaire iranien lors de négociations à Vienne. L'accord en question lève les obstacles pour le commerce extérieur de l'Iran tout en maintenant l'embargo sur les armes et les missiles à destination de ce pays. L'Iran, pour sa part, ne pourra pas élaborer de combustible nucléaire pendant 15 ans.

    Israël s'est opposé à la signature de l'accord, la qualifiant d'"erreur historique" et affirmant que l'Iran était le principal "sponsor" du terrorisme mondial.

    Il est à noter que le Golan est considéré comme un territoire litigieux, représentant un vaste plateau ayant précédemment appartenu à la Syrie. Il est occupé par les troupes israéliennes depuis de la guerre de 1967.

     

    Dossier:
    Nucléaire iranien (2015) (124)

    Lire aussi:

    Netanyahu met sur un pied d’égalité l'Iran et l'EI
    Netanyahu: un accord avec l'Iran déclenchera une course aux armements
    Netanyahu: l'accord avec l'Iran menace l'existence d'Israël
    Tags:
    Benjamin Netanyahou, armements, accord iranien, lutte antiterroriste, terrorisme, ONU, Vladimir Poutine, Téhéran, Proche-Orient, Moscou, Iran, Hauteurs du Golan, Israël, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik