Ecoutez Radio Sputnik
    Police afghane

    Viols d’enfants en Afghanistan: le Pentagone dans la tourmente

    © Flickr/ isafmedia
    International
    URL courte
    Situation en Afghanistan (725)
    43314133

    Le département de la Défense des Etats-Unis n’a jamais émis de règle prescrivant aux soldats américains de passer sous silence les cas de violation des droits de l’homme en Afghanistan, a déclaré le capitaine Jeff Davis, représentant du Pentagone.

    D'après le New York Times, les soldats américains engagés en Afghanistan auraient reçu de la part de l'Etat-major la consigne d'ignorer les cas de viols d'enfants par les Forces de sécurité afghanes.

    "Je vous assure que jamais il n'a été ordonné aux soldats ou aux représentants de l'État à l'étranger d'ignorer les violations des droits de l'homme. Les pratiques décrites dans cet article sont absolument abominables", a souligné M. Davis.

    Le représentant du Pentagone a fait remarquer que rien n'empêchait les soldats américains de les dénoncer à l'Etat-major sur place.

    Selon les journalistes du quotidien, les victimes, pour la plupart des garçons, étaient parfois violées par les soldats afghans sur les bases militaires où les soldats et les officiers américains effectuaient leur service.

    "Depuis longtemps, les abus sexuels envers les mineurs sont un problème de taille en Afghanistan, notamment parmi les officiers des Forces de sécurité qui contrôlent une grande partie des campagnes et intimident la population civile", fustige le journal.

    Dans son édition de dimanche, le quotidien américain explique que la police afghane et les milices anti-talibans alliées à la force de l'Otan en Afghanistan pratiquaient largement le "bacha bazi" ("jouer avec les garçons", en dari, une des deux langues parlées en Afghanistan), c'est-à-dire gardaient auprès d'eux de jeunes garçons pour les abuser sexuellement.

    Pis, assure le quotidien, certains soldats américains auraient vu leur carrière réduite "à néant" parce qu'ils s'insurgeaient ou tentaient, par la force, d'empêcher ces actes pédophiles.

    "En gros, on était là pour combattre les talibans, pas pour mettre fin à ces abus", a déclaré un ancien Marine au journal.

    Après plus de trente ans de guerre, l'Afghanistan reste un pays pauvre et peu contrôlé par le pouvoir central, notamment hors des villes où les milices commandées par des chefs de guerre font encore souvent la loi. Ces hommes forts sont pour certains accusés depuis longtemps de s'adonner au "bacha bazi", un esclavagisme sexuel qui reste tabou dans la société afghane.

     

    Dossier:
    Situation en Afghanistan (725)

    Lire aussi:

    Lutte contre l'EI: déçu par les USA, l'Afghanistan se tourne vers la Russie
    Des prisons clandestines de l'EI en Afghanistan
    Afghanistan: le chef d'Al-Qaïda prête allégeance aux talibans
    Tags:
    abus sexuel, droits de l’homme, enfants, talibans, Afghanistan, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik