Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau de l'Arabie Saoudite

    Les droits de l'homme d'après l'Arabie saoudite

    © Flickr/ Nicolas Raymond
    International
    URL courte
    51910011

    Alors que l'Arabie saoudite préside le groupe consultatif du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, ses autorités s'apprêtent à exécuter un jeune chiite accusé d'appartenir à une organisation criminelle.

    Manuel Valls a appelé jeudi l'Arabie saoudite à ne pas exécuter le jeune chiite Ali al-Nimr, condamné à mort après avoir participé à des manifestations du Printemps arabe en 2012, après un appel de François Hollande mercredi, rapporte l'AFP.

    "La France est fermement opposée à la peine de mort. Nous appelons à renoncer à l'exécution d'Ali Mohammed al-Nimr", a déclaré le premier ministre français sur son compte Twitter.

    Ali Mohammed al-Nimr a été accusé d'appartenir à une organisation criminelle après avoir participé à des manifestations du Printemps arabe en 2012, lorsqu'il avait 17 ans, et condamné à mort.

    Dans ce contexte, l'ONU est très critiquée pour avoir nommé l'Arabie saoudite à la tête de son groupe consultatif chargé de sélectionner le choix des rapporteurs du Conseil des droits de l'homme. L'ambassadeur de Riyad auprès des Nations unies, Faisal Trad, sera nommé président de ce groupe, selon l'ONG UN Watch.

    M. Valls, qui doit se rendre en visite officielle dans le royaume du Golfe en octobre, complète son message par le mot-dièse "#FreeNimr". "L'Arabie saoudite doit renoncer à cette exécution. La liberté d'expression ne doit pas mener à la mort", a par ailleurs tweeté le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis.

    Mercredi, François Hollande avait appelé Riyad à renoncer à exécuter son jeune ressortissant de 21 ans, "au nom de ce principe essentiel que la peine de mort doit être abolie et que les exécutions doivent être empêchées".

    Lire aussi:

    CDH: la nomination de l’Arabie saoudite passe mal
    L'Arabie Saoudite veut tuer l'industrie du gaz de schiste américain
    175 exécutions en un an en Arabie saoudite
    Arabie: trois Saoudiens et un Syrien décapités, 127 exécutions en 2015
    Tags:
    execution, droits de l’homme, ONU, François Hollande, Manuel Valls, Arabie Saoudite, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik