Ecoutez Radio Sputnik
    Les militaires de l'armée syrienne

    "Piégés en Syrie, les USA obligés de négocier avec la Russie"

    © Sputnik. Dmitry Vinogradov
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (2014) (607)
    28147321275

    Moscou a raison en affirmant que seules les Forces armées syriennes et leurs alliés pourraient vaincre l'Etat islamique, estime Davide Varchavsky, journaliste polonais, dans un article publié par le quotidien Gazeta Wyborcza.

    Les Etats-Unis sont piégés en Syrie et ils devront faire face à la nécessité de négocier avec la Russie, affirme M. Varchavsky. Jusque là, il n'a été dédaigneusement proposé à Moscou que de rejoindre la coalition anti-califat dirigée par les USA, en ignorant le président syrien Bachar el-Assad et en visant à le renverser, poursuit le journaliste. "La coalition américaine effectue des frappes aériennes sur les positions du califat depuis déjà un an mais sans résultats significatifs", souligne-t-il.

    D'après M. Varchavsky, les Etats-Unis sont en manque d'alliés pouvant reprendre les territoires contrôlés par l'Etat islamique. L'Armée syrienne libre et d'autres groupes militaires qui lui sont liés sont affaiblis et le programme américain d'entraînement des opposants modérés "a fait un fiasco impressionnant", explique le journaliste.

    La Russie a raison du point de vue militaire: seule les Forces armées syriennes à l'aide de leurs alliés pourraient vaincre le califat, estime Varchavsky. Le journaliste est persuadé que la Russie a l'intention de protéger le régime de Bachar el-Assad. Si elle n'arrive pas à se mettre d'accord avec les Etats-Unis, elle "protégera pour Assad la Syrie de l'ouest et laissera le reste au califat".

    Le "redémarrage global" prendrait la forme en Syrie de la création d'une coalition internationale contre l'Etat islamique avec la participation de Bachar el-Assad qui organiserait, après la victoire, un rapatriement des réfugiés, tout en allégeant l'Occident de dépenses en constante augmentation pour leur fournir de l'aide.

    Dossier:
    Situation en Syrie (2014) (607)

    Lire aussi:

    Syrie: défection d'un officier rebelle entraîné par les USA
    Syrie: Hollande appelle à convoquer un Genève 3
    Syrie: des Allemands indignés par les critiques occidentales à l'égard de Moscou
    Syrie: les USA désormais plus réceptifs à la position russe
    Tags:
    négociations, Etat islamique, Bachar el-Assad, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik