Ecoutez Radio Sputnik
    Vitali Tchourkine

    L'Onu pas en mesure de décider du sort de Bachar el-Assad

    © REUTERS/ Brendan McDermid
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (2014) (607)
    24749693

    Selon l'ambassadeur russe auprès des Nations unies Vitali Tchourkine, le Conseil de sécurité de l'Onu ne doit pas s'impliquer directement dans un changement de régime en Syrie. Au contraire, il doit entreprendre les mesures pour que les Syriens eux-mêmes puissent parvenir à un accord sur l'avenir de leur pays.

    Le Conseil de sécurité de l'Onu ne devrait pas s'engager dans le changement de régime en Syrie, un accord entre Syriens étant la seule voie possible, a déclaré Vitali Tchourkine dans un entretien aux médias russes.

    "L'histoire du Proche-Orient, surtout au cours de la dernière décennie, le démontre: le fait d'imposer des recettes provenant de l'extérieur plonge le pays dans le chaos, et ne résout rien, mais aggrave au contraire les problèmes", estime M.Tchourkine.

    C'est pourquoi le Conseil de sécurité s'est exprimé pour la création de groupes de travail sur la base des accords de Genève.

    Selon M.Tchourkine, dans ces groupes, "les Syriens, à l'aide du personnel de l'Onu, devront se mettre d'accord sur les questions clés, notamment les problèmes de sécurité, les questions politiques et juridiques, la lutte contre le terrorisme, la continuité des services fournis par l'Etat, la reconstruction et le développement".

    "Le Conseil suivra la situation de très près, mais la solution doit être strictement syrienne. Cela vaut pour le sort politique du président syrien Bachar al-Assad", a ajouté le diplomate.

    La Russie a à plusieurs reprises appelé la coalition internationale qui combat les djihadistes de l'EI en Syrie et en Irak à coopérer avec les autorités syriennes sous l'égide de l'Onu afin de venir à bout de l'organisation terroriste.

    Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a déclaré que Moscou n'avait jamais caché qu'il apportait aux dirigeants syriens le soutien militaire et technique nécessaire pour combattre le terrorisme.

    Dossier:
    Situation en Syrie (2014) (607)

    Lire aussi:

    EI: les USA prêts à coopérer avec la Russie, mais sous condition
    Crise syrienne: Poutine avance sa solution
    Syrie: les USA désormais plus réceptifs à la position russe
    Syrie: Moscou empêche l'Occident de bombarder Assad
    Tags:
    Conseil de sécurité de l'Onu, Bachar el-Assad, Vitali Tchourkine, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik