International
URL courte
70e session de l'Assemblée générale de l'Onu (35)
2641
S'abonner

L'histoire des discours les plus célèbres de l'Onu est ponctuée d'interventions théâtrales de certains de ses participants les plus colorés, dont le moins qu'on puisse dire est qu'ils n'avaient pas la langue dans leur poche. Florilège.

'intervention la plus longue

Le 26 septembre 1960, le dirigeant cubain Fidel Castro prononçait sa fameuse phrase "que disparaisse la philosophie du pillage, et la philosophie de la guerre aura disparu" pendant un discours de 4h29, le plus long de l'histoire de l'Assemblée générale des Nations unies.

Fidel Castro, 1960
© Photo. Capture d'écran: RIA Novosti
Fidel Castro, 1960

Dans son intervention, Fidel Castro expliquait le véritable sens de la révolution cubaine ainsi que le fond des réformes préparées par son gouvernement, mettait en garde contre les attaques américaines visant son pays en cours de construction et dévoilait les véritables causes de la complication des relations américano-cubaines. Il y critiquait violemment l'impérialisme des USA, qualifiant le futur président John Kennedy d'"incompétent" et d'"ignorant".

La "chaussure de Khrouchtchev" et la "mère de Kouzma"

La 15e session de l'Assemblée générale de l'Onu de 1960 est sans doute la plus célèbre de l'histoire des Nations unies. Le 12 octobre 1960, un dirigeant soviétique prononçait pour la première fois un discours à l'Assemblée générale de l'Onu. Nikita Khrouchtchev n'avait alors pas lésiné sur les expressions pour accuser et condamner le colonialisme et les colonisateurs. Il avait soutenu les pays d'Afrique libérés de la dépendance coloniale. Il avait également appelé les pays au désarmement total pour ne plus avoir de "moyens de faire la guerre". Immédiatement après lui, le représentant des Philippines est monté à la tribune, mentionnant dans son allocution les peuples d'Europe de l'Est dont les droits civils avaient été "engloutis par l'Union soviétique".

Nikita Khrouchtchev, 1960
Nikita Khrouchtchev, 1960

Khrouchtchev a alors décidé de demander au président la parole, selon le protocole des réunions. Il a levé la main mais a été ignoré. Selon la légende officieuse, Khrouchtchev aurait alors enlevé sa chaussure et commencé à frapper avec le talon sur la table en promettant de montrer à l'Amérique la "mère de Kouzma" (expression russe signifiant "de quel bois je me chauffe") et qualifiant le Philippin de "larbin de l'impérialisme américain". Cet instant, qui a marqué l'histoire, est désormais connu comme l'épisode de la fameuse "chaussure de Khrouchtchev".

Selon les biographes de Khrouchtchev, il aurait employé l'expression "mère de Kouzma" non pas pour intimider les étrangers, mais pour mettre en difficulté les traducteurs. Les journalistes américains ignoraient le sens de cette expression et ont écrit par la suite "Kuzma's mother", sans savoir pour autant qui était cette "mère". La fameuse phrase était la suivante: "Nous avons à notre disposition des moyens qui auront pour vous de lourdes conséquences. Nous allons vous montrer de quel bois on se chauffe!". Le dirigeant soviétique parlait probablement de la superbombe sur laquelle travaillait l'équipe d'Andreï Sakharov au centre Arzamas 16. Quoi qu'il en soit, la bombe a par la suite été baptisée de manière quasi officielle sous le nom de "mère de Kouzma".

"Ne laissez pas le rameau d'olivier tomber de ma main"

Le 13 novembre 1974, le dirigeant palestinien Yasser Arafat a été invité pour la première fois à l'Assemblée générale de l'Onu à la demande du Mouvement des non-alignés. Dans son discours, il avait qualifié le sionisme de forme de racisme. S'adressant aux délégués de l'Assemblée générale de l'Onu à New York, il avait prononcé une phrase historique adressée à Israël: "Je suis venu en portant un rameau d'olivier et un fusil de révolutionnaire, ne laissez pas le rameau tomber de ma main".

Yasser Arafat, 1974
© AP Photo /
Yasser Arafat, 1974

Un an après, l'Assemblée générale de l'Onu émettait la résolution "Élimination de toutes les formes de discrimination raciale" stipulant que le sionisme était une forme de racisme et de discrimination raciale. En 1991, après l'effondrement du bloc de l'Est, la résolution a été annulée sur l'exigence des USA et d'Israël.

"Menace extraterrestre"

Le 21 septembre 1987, à la 42e session de l'Assemblée générale de l'Onu, le président américain Ronald Reagan a qualifié la "menace extraterrestre" de puissant facteur capable de régler les contradictions internationales. Il avait déjà fait part de cette idée aux représentants de l'URSS en 1985, durant son entretien avec le secrétaire général du Comité central du PCUS Mikhaïl Gorbatchev, à Genève.

Ronald Reagan, 1987
© AP Photo /
Ronald Reagan, 1987

Plus tard, Ronald Reagan a avoué que c'était son sujet de science-fiction préféré et les médias avaient rapporté que le conseiller du président pour la sécurité nationale, Colin Powell, s'efforçait de rayer ces mentions des discours officiels de Ronald Reagan.

"Le diable est venu ici"

Le 20 septembre 2006, à l'Assemblée générale de l'Onu, le président du Venezuela Hugo Chavez a commencé son discours en déclarant: "Le diable est venu ici".

Hugo Chavez, 2006
© AP Photo / Julie Jacobson
Hugo Chavez, 2006

Plus tard, l'homme politique a expliqué qu'il faisait alors allusion au président américain George W. Bush, qui était intervenu la veille à la tribune de l'Onu pour justifier la politique étrangère des États-Unis. Le dirigeant vénézuélien avait suscité le rire et les ovations des dirigeants présents en qualifiant Bush de "diable" et en comparant les USA à une "épée de Damoclès".

Hugo Chavez a également accusé les USA d'"exploiter, de piller et de dominer les peuples du monde entier". Le discours était transmis en direct à la télévision vénézuélienne et a été rediffusé plusieurs fois au cours de la journée. Les représentants américains avaient noté que ces déclarations "n'étaient pas dignes d'un président".

"Vous avez engendré Hitler. Vous avez persécuté les Juifs. Vous avez organisé l'Holocauste!"

Le 23 septembre 2009, le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi s'est opposé au "féodalisme politique" en exigeant d'accorder le droit de veto permanent à tous les membres du Conseil de sécurité des Nations unies.

Malgré la limite de 15 minutes, le discours de Mouammar Kadhafi a duré plus de deux heures.

Le traducteur libyen, après avoir travaillé pendant 75 minutes, n'a plus supporté l'épreuve et a crié dans le micro en arabe: "Je n'en peux plus" avant de perdre connaissance. Après quoi il a été remplacé par le chef du service des traducteurs arabes de l'Onu.

Dans son allocution, le dirigeant libyen a fermement critiqué le Conseil de sécurité des Nations unies, le qualifiant de "conseil pour le terrorisme". La main sur la Charte de l'Onu, Kadhafi a déclaré que, conformément à ce texte, la force militaire ne devait être appliquée que sur décision de l'Onu avec l'accord de tous les pays membres de l'organisation, en précisant que depuis la naissance des Nations unies "les grands pays avaient mené 64 guerres contre des petits pays" et que "l'organisation n'avait rien fait pour les empêcher".

Vous êtes déjà fatigués. Vous dormez tous" a conclu Kadhafi, avant de quitter la tribune avec les mots "Vous avez engendré Hitler. Vous avez persécuté les Juifs. Vous avez organisé l'Holocauste!". Son discours abordait de nombreuses questions dont la pertinence est indiscutable aujourd'hui. Il est à noter que le traducteur synchronisé n'avait pas réussi à le traduire intégralement car il parlait farsi avec une utilisation sporadique du dialecte libyen.

Dossier:
70e session de l'Assemblée générale de l'Onu (35)

Lire aussi:

Violent incendie en cours dans un entrepôt à Aubervilliers, la fumée visible depuis Paris - images
Valls ministre des Affaires étrangères? Une note secrète dévoilée par Marianne évoque un possible remaniement
Deux policiers US poussent un homme de 75 ans qui finit en sang sur le trottoir – vidéo choc
Endormie, elle est violée par un ouvrier venu faire des travaux chez elle dans les Yvelines
Tags:
ONU, Fidel Castro, John Kennedy
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook