Ecoutez Radio Sputnik
    Damas

    "Laisser Bachar et ses alliés combattre l’Etat islamique"

    © AP Photo/ SANA
    International
    URL courte
    0 5417631

    Jacques Myard, député Les Républicains de la 5ème circonscription des Yvelines et membre de la commission chargée des affaires européennes à l’Assemblée Nationale, évoque le refus du président français François Hollande d’inclure Bachar el-Assad dans les négociations pour résoudre la crise syrienne, dans un entretien pour Sputnik.

    Selon M.Myard, la France a adopté dans cette situation une position idéologique. Le député estime que pour avoir une vraie solution politique dans la crise syrienne, il est nécessaire d'"impérativement tenir compte des réalités". Il a également souligné qu'il faudrait faire attention aux crimes commis lors du conflit sur le territoire syrien.

    "J'espère qu'on va arriver sur le terrain à une position pragmatique; c'est-à-dire laisser Bachar et ses alliés combattre l'ennemi de l'humanité, à savoir l'Etat islamique", a déclaré M.Myard.

    Selon lui, la France a commis une faute en rompant les relations diplomatiques avec la Syrie. Le député souligne également que dans la tradition diplomatique française, ce ne sont pas les gouvernements qui sont reconnus, mais les Etats.

    "Donc, nos intérêts, notre intérêt bien senti, c'est que nous ayons à nouveau des relations avec le gouvernement de Damas, avec la Syrie, et qu'à ce titre nous sortions d'une idéologie qui est de condamner par avance toutes relations avec Bachar", a souligné le député.

    Selon lui, l'objectif est de trouver des solutions politiques pour la paix en Syrie, et non d'avoir une position idéologique.

    Lire aussi:

    Renverser le régime d'Assad, c'est ouvrir les portes de Damas à l'EI
    EI: la Russie pourrait mener des frappes unilatérales
    Allemagne: un terroriste présumé de l'EI parmi les réfugiés
    Washington soutiendra Moscou dans la lutte contre l’EI
    Tags:
    lutte antiterroriste, diplomatie, Etat islamique, Jacques Myard, Bachar el-Assad, François Hollande, Syrie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik