International
URL courte
1118
S'abonner

Le fondateur de Facebook s'engage à aider l'Onu à résoudre le problème de la connexion à Internet dans les camps de réfugiés.

L'un des principaux enjeux du développement durable de l'Onu est de fournir l'accès à Internet aux camps de réfugiés. Lors de son intervention au sommet sur le développement durable de l'Onu, Mark Zuckerberg s'est montré prêt à "connecter" les immigrés.

Selon M.Zuckerberg, l'accès à Internet est une des conditions sine qua non du respect des droits de l'homme et devrait constituer la base de la stratégie de  développement durable afin de définir les nouveaux défis de l'époque ainsi que les besoins des générations à venir. Malheureusement, seule la moitié de la population a accès à Internet actuellement.

Le fait d'être connecté permettrait aux réfugiés de rester en contact avec leurs proches et de recevoir une meilleure aide. Cependant, Mark Zuckerberg pourrait également tirer profit de la mise en application de ce projet, en gonflant par la même occasion le nombre des utilisateurs de Facebook. "Tout le monde gagne quand nous sommes mieux liés", a commenté  M.Zuckerberg.

"Si vous voulez aider les gens à accéder à la nourriture, aux services médicaux, à l'éducation et à l'emploi dans n'importe quel endroit au monde, il faut "faire connecter  "tout ce monde", a lancé le fondateur de Facebook. Afin d'illustrer son propos, il a cité l'exemple des agriculteurs de l'Ethiopie et de la Tanzanie qui recourent à Internet pour vérifier les prix d'achat des produits agricoles, pour savoir si les produits sont disponibles dans les entrepôts ou encore pour s'assurer contre les risques causés par le mauvais temps.

Lire aussi:

Un Terrien sur sept s’est connecté à Facebook lundi dernier
Messages racistes: le ministre allemand de la Justice interpelle Facebook
Migrants 2.0: comment Facebook, Viber et Skype les aident dans leurs déplacements
Tags:
droits de l’homme, Internet, réfugiés, Facebook, ONU, Mark Zuckerberg, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook