Ecoutez Radio Sputnik
    partisans de l'EI

    Président iranien: la Syrie sans Assad, un "paradis pour terroristes"

    © AFP 2017 Fadi al-Halabi
    International
    URL courte
    70e session de l'Assemblée générale de l'Onu (35)
    32230472

    Selon Hassan Rohani, la communauté internationale place désormais la lutte contre les djihadistes au premier rang des priorités en Syrie, reléguant au second plan le départ de Bachar el-Assad.

    L'éviction du président syrien Bachar el-Assad transformerait la Syrie en "paradis pour les terroristes", a déclaré dimanche dernier Hassan Rohani en marge de l'Assemblée des Nations unies, à New York.

    "Je pense qu'aujourd'hui, tout le monde a accepté que le président Assad devait rester au pouvoir afin de combattre les terroristes", a affirmé M.Rohani.

    Toujours selon lui, "cela ne signifie pas que le gouvernement syrien n'a pas besoin de se réformer. Bien sûr qu'il en a besoin". Mais cette question pourra être réexaminée quand la lutte contre les extrémistes aura apporté des résultats tangibles, estime le président iranien.

    En outre, Hassan Rohani a critiqué la stratégie militaire des Etats-Unis et de leurs alliés. Selon lui, les frappes aériennes contre les positions des islamistes en Syrie ne sont pas suffisantes.

    La position iranienne coïncide avec celle de Moscou. La Russie a à plusieurs reprises appelé la coalition internationale qui combat les djihadistes de l'EI en Syrie et en Irak à coopérer avec les autorités syriennes sous l'égide de l'Onu afin de venir à bout de l'organisation terroriste.

    Dossier:
    70e session de l'Assemblée générale de l'Onu (35)

    Lire aussi:

    L'Onu pas en mesure de décider du sort de Bachar el-Assad
    Angela Merkel appelle à dialoguer avec Bachar al-Assad
    Hollande: la France prête à discuter du conflit syrien avec les USA, la Russie et l'Iran
    Tags:
    islamisme, djihadisme, Assemblée générale des Nations unies, Etat islamique, Hassan Rohani, Bachar el-Assad, Iran, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik