Ecoutez Radio Sputnik
    Rassemblement de soutien à Bachar el-Assad à Damas

    Syrie: existe-t-il une alternative à Bachar el-Assad?

    © Sputnik. Рустам Бузанов
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (2014) (607)
    354265245

    C'est sous ce titre que le quotidien britannique Financial Times a publié un article consacré à l'avenir hypothétique du président syrien. Selon le journal, la présence militaire russe dans ce pays et l'incapacité des USA à renforcer les rebelles font d'Assad un personnage incontournable.

    Le président Barack Obama a appelé lundi à une "transition contrôlable" en Syrie, ce qui permettrait à Bachar el-Assad de rester provisoirement à la barre. Cependant, nous ne savons pas pour le moment qui pourrait conduire cette transition dans un pays ravagé par les conflits, écrit Erika Solomon dans le Financial Times.

    A la question de savoir s'il existe une alternative au président syrien, la journaliste répond par la négative, tout en soulignant que la question est mal posée. Selon elle, bien que Bachar el-Assad conserve pour le moment son poste, il aura du mal à "unir la Syrie" à l'avenir.

    "Même si des puissances étrangères acceptent sa présence au pouvoir et aident son armée à vaincre les djihadistes de l'Etat islamique, il ne sera plus considéré comme un dirigeant légitime aux yeux de la majorité sunnite qui fait quotidiennement l'objet d'attaques meurtrières", indique le journal.

    D'après Erika Solomon, la partie nord-est du pays est actuellement contrôlée par les Kurdes. Ils affirment ne pas vouloir se séparer de la Syrie, mais réclament une plus large autonomie. Il reste difficile de savoir si Assad acceptera de satisfaire leurs revendications.

    Selon le journal, l'opposition syrienne est actuellement divisée. "Elle comprend différents courants d'opinion et groupes rivaux qui s'emploient à s'entre-détruire", constate Mme Solomon.

    Les sponsors de l'opposition n'arrivent pas à s'entendre sur une candidature capable de prendre la tête de la rébellion.

    "Les puissances occidentales se montrent prudentes en ce qui concerne leur participation à la guerre en Syrie et ne veulent coopérer qu'avec des forces idéologiquement modérées. Cette attitude conduit parfois à un paradoxe. Ainsi, le Front sud modéré, qui contrôle le territoire attenant à la frontière jordanienne, ne peut plus recevoir de soutien occidental, car il est jugé trop faible pour combattre les djihadistes. Or, il ne peut pas devenir plus fort sans ce soutien", écrit la journaliste.

    Elle estime que la direction du mouvement d'opposition pourrait être confiée à quelqu'un comme Manaf Tlass, ancien proche de Bachar el-Assad, qui a fait défection en 2012. Depuis il vit à Paris et ne rencontre pratiquement pas les journalistes. Cependant, les médias rapportent qu'il entretient des contacts avec des représentants des services secrets et des milieux politiques.

    Dossier:
    Situation en Syrie (2014) (607)

    Lire aussi:

    Poutine à la TV américaine: "la Syrie ne doit pas devenir une nouvelle Somalie"
    Poutine fait preuve d’une grande intelligence stratégique avec son initiative en Syrie
    Syrie: les frappes françaises, une réponse à l'alliance Moscou-Damas
    Onu: les Etats-Unis bloquent un projet de déclaration russe sur la Syrie
    Tags:
    rebelles, djihadisme, opposition, Etat islamique, Bachar el-Assad, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik