Ecoutez Radio Sputnik
    Ministre de la Défense des Etats-Unis Ashton Carter

    Pentagone: Moscou doit se rallier à l’approche US en Syrie

    © AFP 2017 Lee Jin-Man
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (2014) (607)
    513984291

    Dans l’ensemble, l'intervention militaire russe en Syrie peut être considérée comme utile à condition que Moscou adopte l'approche américaine, a fait savoir le chef du Pentagone lors d'un point de presse.

    La participation de l'armée de l'air russe aux actions militaires en Syrie est plus un obstacle qu'une assistance dans la lutte contre le groupe Etat islamique, a laissé entendre le ministre de la Défense US Ashton Carter lors d'une conférence de presse qui s'est tenue hier au Pentagone.

    M.Carter a commencé par indiquer "les incohérences dans la position de la Russie", qu'il voit notamment dans le désir de la Russie "de lutter contre l'EI" d'un côté, et de "soutenir Bachar el-Assad et son régime" de l'autre.

    John Kerry et Sergueï Lavrov, Onu, septembre 2015
    © Sputnik. Ministère russe des Affaires étrangères
    Le chef du Pentagone estime que ces deux objectifs sont si incompatibles qu'ils ne permettent pas d'effectuer des actions cohérentes.

    Il a également souligné que l'intervention russe pourrait être utile si Moscou adopte l'approche américaine.

    "S'ils (la partie russe, ndlr) adoptent une position cherchant à résoudre deux objectifs — la transition politique (du pouvoir en Syrie, ndlr) et la lutte contre l'extrémisme, je crois que nos intérêts pourraient converger en quelque sorte. Quand il y a des intérêts communs, on voit émerger la possibilité d'une coopération. J'espère que cela sera le cas. Mais pour que cela soit possible, ils doivent changer leur position actuelle", a expliqué M.Carter lors de la conférence de presse.

    A la question si Washington saluerait des frappes aériennes russes ciblant des bases d'autres groupes extrémistes, dont le Front al-Nostra et Khorasan, Ashton Carter a répondu que "le mal doit être puni" et que les Etats-Unis "saluent une contribution dans cette affaire", tout en précisant que la base de la coopération ne pouvait être qu'une "modification de l'approche russe".

    L'Armée de l'air russe a entamé mercredi une opération militaire contre l'EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustible appartenant à l'EI.

     

    Dossier:
    Situation en Syrie (2014) (607)

    Lire aussi:

    Frappes russes en Syrie: la France pose trois conditions
    Frappes russes en Syrie: l’Onu avoue s’être trompée
    Syrie: premières frappes russes contre l'EI (Vidéo)
    Tags:
    coopération, lutte antiterroriste, politique, opération militaire, frappe aérienne, terrorisme, Etat islamique, Pentagone, Ashton Carter, Bachar el-Assad, Vladimir Poutine, Barack Obama, Washington, Proche-Orient, Damas, Moscou, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik