Ecoutez Radio Sputnik
    Les gens qui arrivent ici doivent apprendre l'allemand, a déclaré le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel

    Migrants: l'Allemagne traduit sa constitution en arabe

    © REUTERS/ Kai Pfaffenbach
    International
    URL courte
    Crise migratoire (779)
    182154930

    D'après le vice-chancelier allemand, les migrants arrivant en Allemagne doivent maîtriser l'allemand, ainsi qu'"apprendre les règles du jeu du vivre ensemble".

    Puisque l'Allemagne s'apprête à accueillir cette année près de 800.000 migrants et réfugiés en provenance du Proche-Orient et d'Afrique, les autorités allemandes ont traduit les 20 premiers articles de leur constitution en arabe afin de les aider à s’intégrer dans le pays, a rapporté mercredi l'agence Reuters.

    "Les gens qui arrivent ici doivent non seulement apprendre l'allemand mais aussi apprendre les règles du jeu du vivre ensemble", a déclaré le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel au quotidien allemand Bild.

    M.Gabriel a également indiqué, "je suis convaincu que les 20 premiers articles de notre constitution représentent notre culture", en précisant que le pays a déjà imprimé 10.000 copies pour les distribuer dans des centres d'accueil pour réfugiés.

    En réalité, les réfugiés devront accepter tous les points de ces articles comme par exemple l'égalité entre les hommes et les femmes, la séparation de l'Eglise et de l'Etat ou la liberté d'expression.

    La loi fondamentale de la République fédérale d'Allemagne a été adoptée en 1949. Elle contient les principes du système politique et la séparation des pouvoirs entre le gouvernement central et les 16 Etats fédérés.

    Dossier:
    Crise migratoire (779)

    Lire aussi:

    République tchèque: la police confisque aux migrants leurs armes blanches
    Migrants: la France n'accueillera "pas plus de 30.000 réfugiés"
    Vague de migrants en Europe: vers la piste américaine?
    Tags:
    constitution, migrants, réfugiés, Sigmar Gabriel, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik