Ecoutez Radio Sputnik
    Département américain de la Défense

    Les USA demandent à l'Irak de garder secrets leurs renseignements communs

    © Flickr/ David B. Gleason
    International
    URL courte
    296371672

    Le ministre irakien de la Défense a assuré aux Etats-Unis que les informations secrètes reçues de leur part ne seraient pas transmises aux militaires russes. Selon Washington, les échanges d'informations avec Bagdad causent un "préjudice catastrophique" aux combattants de Daesh.

    Le Pentagone espère que les autorités irakiennes ne transmettront pas à un pays tiers — en l'occurrence la Russie — les renseignements que les Etats-Unis communiquent à Bagdad dans le cadre de l'opération contre le groupe terroriste Etat islamique (Daesh), a déclaré le porte-parole du département américain de la Défense, le colonel Steve Warren.

    "Le ministre irakien de la Défense nous a assuré que les informations secrètes que nous leur transmettons seraient protégées", a indiqué le colonel lors d'un point de presse à Washington. Il répondait à la question de savoir s'il existait un risque de voir les militaires irakiens partager ces informations avec les Russes.

    "Nous procédons à un très bon échange d'informations avec la partie irakienne, ce qui cause un préjudice catastrophique à l'ennemi", a ajouté le porte-parole.

    La Russie, l'Iran, l'Irak et la Syrie ont mis en place un centre d'information conjoint à Bagdad afin de coordonner la lutte contre l'Etat islamique. Ce centre est chargé de recueillir, de traiter et d'analyser les informations sur la situation militaire dans la région et de les transmettre aux états-majors de ces pays.

    Lire aussi:

    Lutte contre l’EI: l’initiative russe bloquée par les USA
    Sondage: les Syriens accusent les USA d'avoir créé l'EI
    Lutte contre l'EI: déçu par les USA, l'Afghanistan se tourne vers la Russie
    Tags:
    échanges, informations, Etat islamique, Pentagone, Steve Warren, Irak, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik