Ecoutez Radio Sputnik
    Nicolas Dupont-Aignan

    Dupont-Aignan demande la levée "d'urgence" des sanctions contre la Russie

    © Flickr/ Debout la France
    International
    URL courte
    203098713

    Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France (DLF), revendique une levée "d'urgence" des sanctions contre la Russie, alors que le président russe Vladimir Poutine est reçu vendredi à Paris pour un sommet sur la crise en Ukraine, a-t-il déclaré dans son interview pour RFI.

    Nicolas Dupont-Aignan a cependant souligné vendredi sur RFI qu'il n'attendait rien de la rencontre prévue avant le sommet quadripartite entre la France, l'Allemagne, la Russie et l'Ukraine entre François Hollande et Vladimir Poutine. "François Hollande s'est trompé sur toute la ligne. François Hollande est parti d'un postulat qui est faux, sur la Syrie et sur l'Ukraine", a-t-il déclaré.

    "Sur l'Ukraine, il faut d'urgence lever les sanctions contre la Russie, il faut appliquer les accords de Minsk — mais je remarque que c'est l'Ukraine qui ne les a pas appliqués —, il faut être vigilant vis-à-vis de Poutine dans l'Est", a-t-il développé en référence aux accords conclus le 12 février qui comprennent des mesures concernant la guerre dans le Donbass.

    Ses dispositions envisagent le cessez-le-feu, le retrait des armements lourds, le lancement d'un dialogue sur le rétablissement des liens socio-économiques entre Kiev et le Donbass, ainsi que la réforme de la constitution de l'Ukraine pour mettre en place une décentralisation et l'attribution d'un statut particulier à certaines zones des régions de Donetsk et de Lougansk.

    Quant à la participation de Moscou à la lutte contre le groupe djihadiste Etat islamique (EI), M. Dupont-Aignan a qualifié de "très bonne nouvelle" l'action russe. "Enfin une action claire, nette et urgente", a-t-il dit, assurant qu'"il n'y a qu'un chef d'Etat dans le monde aujourd'hui, c'est Vladimir Poutine, qui assume ses actes et qui a compris le danger de l'Etat islamique".

    L'Armée de l'air russe a entamé mercredi une opération militaire contre l'EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. D'après le ministère russe de la Défense, des avions russes ont détruit un centre de commandement de l'Etat islamique dans la province syrienne d'Alep.

    Dans le même temps, dans la région d'Idleb, des Su-25 des forces aériennes russes ont détruit plusieurs bunkers et dépôts de munitions terroristes, au total plus de dix cibles, indique le ministère. Un autre centre de commandement de djihadistes a été anéanti dans une frappe russe réalisée dans la province de Hama.

    Lire aussi:

    OSCE : lever les sanctions contre les députés russes
    Sanctions: le Bundestag propose à la Douma un "comité antiglaciaire"
    Donbass: Porochenko promet de nouvelles sanctions si Moscou soutient les élections
    Tags:
    cessez-le-feu, frappe aérienne, accords de Minsk II, sanctions, Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, Russie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik