International
URL courte
Situation en Syrie (2014) (607)
0 912
S'abonner

Selon le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem, les frappes aériennes menées sans coordination avec l'armée régulière sont insuffisantes pour venir à bout des groupes terroristes opérant dans le pays.

S'exprimant vendredi dernier à la tribune des Nations Unies à l'occasion de la 70ème Assemblée générale de l'Onu, le ministre syrien des Affaires étrangères a également soulevé la question de la volonté des autorités syriennes de parvenir à une solution politique.

"La Syrie ne peut pas prendre de mesures politiques et démocratiques concernant l'organisation d‘élections ou ce qui touche à la constitution tant que le terrorisme se propage dans le pays et que des civils innocents sont tués", a indiqué Walid Mouallem.

En outre, le chef de la diplomatie syrienne a évoqué les frappes aériennes visant les positions de l'EI, effectuées depuis un an par une coalition menée par les Etats-Unis.

"Ces frappes aériennes sont inutiles si elles ne se font pas en collaboration avec l'armée syrienne. Toutes les précédentes opérations aériennes n'ont fait que propager un peu plus le terrorisme", a-t-il déclaré.

Quant aux frappes aériennes russes en Syrie, Walid Mouallem a conclu qu'elles "sont un exemple de participation efficace à la lutte contre le terrorisme".

L'Armée de l'air russe a entamé mercredi 30 septembre une opération militaire contre l'EI en Syrie sur décision du président russe Vladimir Poutine et à la demande du président syrien Bachar el-Assad. Les frappes aériennes russes ciblent les sites militaires, les centres de communication, les transports, ainsi que les stocks d'armes, de munitions et de combustibles appartenant à l'EI. Les cibles sont déterminées sur la base des données fournies par les services de renseignement russes et syriens, notamment par la reconnaissance aérienne.

L'ambassadeur de Syrie en Russie Riyad Haddad a également confirmé que les frappes ciblaient uniquement des groupes terroristes armés et non l'opposition et la population civile. Selon l'ambassadeur, l'armée syrienne dispose des coordonnées exactes des islamistes.

Dossier:
Situation en Syrie (2014) (607)

Lire aussi:

Lutte contre l'EI: Lavrov fait le point à l'Onu
Frappes russes en Syrie: Washington envisage une réponse
En Syrie, la Russie prend les choses en main
Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Tags:
Walid al-Mouallem, frappe aérienne, Assemblée générale des Nations unies, Etat islamique, Syrie, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook