Ecoutez Radio Sputnik
    Migrants

    La crise des réfugiés pourrait être enfin gérée

    © AFP 2017 ARMEND NIMANI
    International
    URL courte
    Crise migratoire (779)
    0 2270724

    Les dirigeants européens se coordonnent avec Ankara afin de régler la crise migratoire et empêcher la propagation du chaos aux frontières européennes.

    La Commission européenne et la Turquie ont élaboré un plan d'action visant à retenir le flot de migrants vers l'Europe, rapporte dimanche le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ).

    Selon ce plan, la Turquie devrait lancer des patrouilles conjointes avec les garde-côtes grecs dans l'est de la mer Egée, coordonnées par l'agence européenne de surveillance des frontières Frontex. Les migrants souhaitant joindre les côtes européennes seraient arrêtés puis ramenés en Turquie, où six nouveaux camps seront construits afin d'abriter jusqu'à deux millions de personnes et cofinancés par l'UE, indique le journal.

    En outre, la Commission européenne appelle Ankara à œuvrer sur le processus d'intégration des réfugiés dans la société, ce qui prévoit leur accès libre au marché du travail turc.

    Si la Commission européenne et la Turquie entérinent cet accord, le plan sera soumis aux dirigeants européens lors de leur prochain sommet, à la mi-octobre.

    L'Europe fait face à une crise migratoire sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale. L'arrivée de plus de 500.000 réfugiés a poussé les pays à chercher des voies pour stabiliser la situation. En outre, l'Onu s'attend à l'arrivée d'au moins 850.000 migrants en Europe ces deux prochaines années.

    Dossier:
    Crise migratoire (779)

    Lire aussi:

    Budapest pointe les causes de la crise des migrants
    Migrants: l'Allemagne traduit sa constitution en arabe
    Migrants: la France n'accueillera "pas plus de 30.000 réfugiés"
    La Hongrie érige de nouveaux barrages contre les migrants
    Tags:
    réfugiés, migrants, Commission européenne, Ankara, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik