Ecoutez Radio Sputnik
    l'aviation d'attaque russe à l'aérodrome syrien de Hmamiyat

    Syrie: une zone d'exclusion aérienne déjouée par la Russie?

    © Sputnik. Dmitry Vinogradov
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (2014) (607)
    77286682028

    Selon The Financial Times, Moscou a torpillé les plans américains d'établir une zone d'exclusion aérienne en Syrie, après avoir lancé, mercredi dernier, une opération militaire contre les positions de l'EI.

    Les représentants de la coalition dirigée par Washington sont presque parvenus, la semaine dernière, à conclure un accord sur la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne en Syrie. Les alliés visaient ainsi à faire cesser les bombardements par l'armée du président Bachar el-Assad de la "zone résidentielle civile", affirme un interlocuteur du journal.

    Selon la source, ces plans de la coalition, visant à empêcher Bachar el-Assad de recourir à l'aviation, ont forcé la Russie à s'engager dans la crise syrienne et à entamer des frappes aériennes contre les positions de l'EI en Syrie.

    Néanmoins, l'Armée de l'air russe a entrepris une opération militaire contre l'EI en Syrie à la demande du président syrien, en total accord avec les principes du droit international. En outre, le président russe Vladimir Poutine avait indiqué à plusieurs reprises que le groupe terroriste Etat islamique ne pourrait pas être chassé de Syrie sans le concours des forces armées du pays.

    Moscou a également démenti les allégations des fonctionnaires américains l'accusant d'avoir attaqué non l'EI, mais des insurgés syriens soutenus par Washington.

    "Un cas bien connu: la première information sur les frappes aériennes contre de présumées fausses cibles est apparue avant même le décollage des avions. Dans ce cas-là, tout est transparent. Et le ministère (russe, ndlr) de la Défense donne une information exhaustive", a remarqué le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

    En outre, M.Peskov a exprimé ses doutes sur l'existence d'une "opposition modérée" en Syrie.

    "Pourtant, jusqu'à ce jour, on aurait du mal à trouver quelqu'un qui puisse expliquer ce que signifie +opposition modérée+. Et Vladimir Poutine s'est d'ailleurs beaucoup intéressé à cela et a demandé en quoi une opposition modérée pouvait se distinguer d'une opposition non-modérée", a remarqué M.Peskov.

    Dossier:
    Situation en Syrie (2014) (607)

    Lire aussi:

    La coalition US ouvre un nouveau front contre l'EI
    Expert français: une large coalition en gestation face à l’EI
    Syrie: l'Otan pas en mesure d'instaurer une zone d'exclusion aérienne
    Tags:
    zone d'exclusion aérienne, frappe aérienne, Etat islamique, Financial Times, Dmitri Peskov, Bachar el-Assad, Russie, États-Unis, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik