Ecoutez Radio Sputnik
    le Pentagone

    "Téléphone rouge": Washington cherche à rétablir le contact avec Moscou

    © AP Photo/ Ted S. Warren
    International
    URL courte
    517427655

    La "ligne directe" entre Moscou et Washington ne peut plus rester inusitée. Les responsables militaires américains sont persuadés que seul un contact direct entre Moscou et Washington permettra d'éviter une confrontation entre les deux superpuissances, estime Politico.

    Depuis le début de l'opération aérienne russe en Syrie, les responsables militaires américains ont renouvelé leurs tentatives d'établir le contact avec leurs collègues de Moscou pour éviter une collision aérienne des deux superpuissances, lit-on dans le quotidien en ligne américain Politico.

    "Il faut rétablir une ligne directe"

    Le "téléphone rouge" (ou la "hot line" —ligne chaude- entre Moscou et Washington) est une ligne de communication directe entre le gouvernement russe et américain établie après la fin de la crise des missiles de Cuba en 1963. Au début, le service télégraphique était utilisé, les dirigeants russes et américains ont échangé ensuite par fax. Actuellement, les messages sont envoyés sur des boîtes de réception protégés ou par le biais d'une messagerie en ligne.

    Selon Politico, dès son apparition, la ligne était effectivement "chaude" parce que Moscou et Washington se trouvaient au seuil d'une véritable "guerre chaude" mais avec le temps, elle est devenue de moins en moins importante. Selon un porte-parole du ministère américain de la Défense, le "téléphone rouge" a été testé régulièrement mais rarement utilisé, même en pleine crise syrienne ou ukrainienne.

    "Ce n'est plus nécessaire, il y a beaucoup d'autres moyens de parler avec les Russes", a-t-il déclaré.

    Une autre source de Politico au ministère américain de la Défense estime qu'il faut rétablir de nouveau la ligne directe. La dernière opération coordonnée entre Moscou et Washington fut "la rencontre sur l'Elbe" en 1945, quand les Etats-Unis et l'URSS avaient un ennemi commun, l'Allemagne nazie.

    "C'était la dernière fois que notre coopération fut efficace au niveau tactique. Nous voyons comment le degré de confiance et de certitude entre nous a baissé depuis, et notre objectif est de changer cette situation", considère l'ancien commandant en chef du commandement stratégique Gene Habiger.

    Selon lui, il est actuellement difficile d'établir le contact entre les responsables militaires des deux pays.

    "Même si Washington et Moscou ont des objectifs différents, ils ont un intérêt commun — vaincre l'Etat islamique"

    Récemment une vidéo-conférence a été tenue entre Moscou et Washington. Le Pentagone a qualifié cette discussion de "sincère" et "professionnelle", mais elle n'a abouti à aucun accord sur la coordination des actions en Syrie.

    Selon Politico, la Russie et les Etats-Unis pourraient diviser la Syrie en secteurs qui délimiteront les manœuvres militaires. Les deux parties peuvent également se mettre d'accord pour se transmettre des informations sur la direction des opérations militaires. Politico pense que la Russie pourrait aussi rejoindre la coalition internationale composée de 60 pays qui effectuent des manœuvres militaires en Syrie et en Irak.

    Moscou, pour sa part, propose à Washington de rejoindre le centre d'information à Bagdad mais le Pentagone pourrait difficilement accepter cette proposition parce que les Etats-Unis ne souhaitent pas collaborer avec des militaires iraniens et syriens, lit-on dans Politico.

    "Nous avons besoin de créer un centre de coordination avec les Russes. Même si Washington et Moscou ont des objectifs différents, ils ont un intérêt commun — vaincre l'Etat islamique", estime l'ancien commandant de l'Otan George Joulwan cité par Politico.

    Lire aussi:

    Lavrov propose aux USA des contacts directs entre les militaires en Syrie
    Syrie: les responsables de la crise doivent cesser de critiquer la Russie
    Les Syriens voient les Russes comme des sauveurs, rapporte The Guardian
    Syrie: les avions russes détruisent un centre de commandement de l'EI (vidéo)
    Tags:
    frappe aérienne, Pentagone, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik