Ecoutez Radio Sputnik
    Enfant d'Afghanistan à l'hôpital MSF de Kunduz. Archive photo

    Hôpital bombardé: MSF dénonce un crime de guerre

    © AFP 2017 Shah Marai
    International
    URL courte
    161320422

    Selon Médecins sans frontières, la frappe aérienne US qui a détruit le 3 octobre son hôpital en Afghanistan n'était pas une erreur.

    L'ONG Médecins sans frontières (MSF) a qualifié mardi de crime de guerre le bombardement de son hôpital à Kunduz, en Afghanistan, et a appelé à lancer une enquête internationale indépendante.

    "Les déclarations du gouvernement afghan ont affirmé que les forces talibanes utilisaient l'hôpital pour faire feu sur les forces de la coalition. Ces déclarations impliquent que les forces afghanes et américaines qui coopéraient ont décidé de raser un hôpital complètement fonctionnel, ce qui constitue l'aveu d'un crime de guerre", lit-on dans un communiqué mis en ligne sur le site de MSF.

    Le gouverneur de la province de Kunduz, Hamdullah Danishi, avait antérieurement déclaré que l'hôpital servait de base pour les talibans qui menaient des tirs depuis son territoire.

    "Le fonctionnement de notre organisation humanitaire repose sur la Convention de Genève (de 1949 sur la protection des victimes des conflits armés, ndlr). Toutes les puissances militaires doivent respecter cette convention qui constitue la base d'une aide humanitaire neutre et impartiale. Cette attaque porte atteinte à ces principes", a déclaré mardi à RIA Novosti Meinie Nicolai, présidente du centre opérationnel de MSF à Bruxelles.

    "Nous préconisons une enquête totalement indépendante (…). Pour l'instant, nous savons que le Pentagone, les gouvernements américain et afghan, ainsi que l'Otan lanceront des enquêtes. Mais elles ne seront pas assez indépendantes, à notre avis", a indiqué Mme Nicolai.

    Plus de 100 patients et près de 70 employés de MSF se trouvaient au centre de traumatologie de Kunduz, la seule structure hospitalière de ce type dans le nord-est de l'Afghanistan capable d'offrir des soins médicaux et chirurgicaux.

    Le bombardement de l'Otan, qui a duré près d'une heure, a fait 22 morts et 37 blessés parmi les médecins et les patients. Selon Mme Nicolai, "six malades sont morts au service des soins intensifs de l'hôpital, plusieurs patients dont des enfants ont brûlé vifs dans leurs lits. 12 employés de MSF ont aussi été tués".

    Le général John Campbell, commandant en chef des troupes US et de l'Otan en Afghanistan, a reconnu mardi que l'hôpital avait été bombardé par les forces armées des Etats-Unis.

    Le Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a estimé que si cette frappe est reconnue comme délibérée, elle pourrait "constituer un crime de guerre".

    Lire aussi:

    Les Etats-Unis reconnaissent avoir bombardé l’hôpital de MSF
    Hôpital bombardé: les USA tentent de rejeter la faute sur les autorités afghanes
    Les USA connaissaient les coordonnées de l’hôpital bombardé
    Kunduz: l'hôpital MSF bombardé malgré les appels au secours
    Tags:
    crimes de guerre, hôpital, bombardements, Médecins sans frontières (MSF), Meinie Nicolai, Kunduz, Afghanistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik