Ecoutez Radio Sputnik
    Frappe de l'aviation américaine contre l'hôpital de MSF à Kunduz

    Afghanistan: 10 erreurs commises par les USA avant les frappes de Kunduz

    © AP Photo/ Médecins Sans Frontières
    International
    URL courte
    408559696

    Le bombardement américain de l'hôpital de MSF à Kunduz n'est pas la première bévue commise par les forces armées américaines en Afghanistan. Cet incident tragique s'inscrit dans la longue liste d'erreurs qui ont jalonné le parcours des Etats-Unis en Afghanistan.

    Le bombardement de l'hôpital n'est même pas le premier massacre de civils à Kunduz. En 2010, des avions de l'US Air Force ont frappé — à la demande du contingent allemand — des camions d'essence détournés par des talibans. Cette frappe a fait 150 morts civils.

    Cet épisode rappelle les 10 plus grosses erreurs commises par Washington en Afghanistan. Erreurs qui ont conduit le pays à sa situation actuelle.

    1. Oussama Ben Laden, 1980

    Lors de la guerre de l'URSS en Afghanistan, les Etats-Unis ont formé et armé des moudjahidines islamistes pour combattre le contingent soviétique et les forces gouvernementales afghanes. Cependant, tout comme dans le cas des rebelles syriens entraînés et armés par Washington, ce dernier n'a pas compris à l'époque que les combattants formés par ses soins finiraient un jour par crier "Mort à l'Amérique!".

    A la différence des rebelles syriens, Ben Laden n'avait pas d'organisation extrémiste qu'il pouvait rejoindre après avoir reçu des armes américaines. C'est la raison pour laquelle, il en a formé une en 1988. Cette dernière a été appelée al-Qaïda. Après le départ des troupes soviétiques en 1989 et la chute du gouvernement afghan en 1991, al-Qaïda a lancé un appel au jihad mondial. Au cours des années suivantes, cette nébuleuse terroriste a montré de quoi elle était capable en attaquant des ambassades américaines, un bâtiment de l'US Navy et — à deux reprises — le World Trade Center de New York.

    2. L'invasion de l'Afghanistan, octobre 2001

    Suite aux attentats du 11 septembre 2001, les Etats-Unis ont envoyé au départ des forces spéciales de la CIA ainsi qu'un contingent relativement modeste pour capturer ou tuer Ben Laden et pour combattre les talibans qui avaient hébergé le terroriste numéro un.

    Or, comme les Américains sont persuadés qu'il est impossible de réussir une opération militaire sans "propager la démocratie", la mission visant à capturer Ben Laden a été suivie d'une invasion d'envergure impliquant des frappes aériennes.

    3. Toujours Oussama Ben Laden, décembre 2001

    Bien qu'il fût bien connu que Ben Laden se cachait dans une grotte à la frontière avec le Pakistan, il a fallu aux forces américaines deux mois de combats violents pour atteindre cette région perdue dans les montagnes de Tora Bora.

    Une fois les combats terminés, la coalition dirigée par les Etats-Unis a découvert que le terroriste recherché avait fui vers une destination inconnu où il a pu enregistrer des vidéos djihadistes et naviguer sur internet à l'aide d'une clé USB pendant près de 10 ans avant d'être retrouvé et tué par les forces spéciales américaines.

    4. Une armée sans équipement

    Tout comme les Soviétiques qui ont eu des difficultés à former une armée prête à mourir pour son pays, les Etats-Unis se sont heurtés au même problème avec les soldats afghans plus disposés à fumer de la drogue et à s'amuser.

    Ceci a posé un véritable problème avec le retrait des forces américaines après 2011. Or, à la différence des Soviétiques qui livraient à l'armée afghane des armes efficaces, tels que des hélicoptères d'attaque, les Américains ont préféré la réorganiser en une sorte de milice à la manière de l'armée irakienne après l'invasion de ce pays en 2003. Cependant, tout comme la nouvelle armée irakienne qui n'a pas réussi à endiguer Daech, les armes fournies aux forces afghanes ont vite fini par se retrouver entre les mains des talibans.

    5. La prison de Bagram

    Les Etats-Unis passés maîtres dans "l'art de la torture" ont utilisé en Afghanistan les techniques qui avaient fait leurs preuves dans les prisons de Guantanamo et d'Abou Ghraïb.

    La prison de Bagram n'est pas la seule où les Etats-Unis aient pratiqué la torture en Afghanistan, bien que cette prison ait défrayé la chronique moins souvent que la prison de Guantanamo. A la différence de cette dernière, la prison de Bagram a été fermée en décembre 2014, mais d'autres sites de ce genre existent toujours.

    6. La destruction du Coran

    Le geste du pasteur de Floride Terry Jones, qui a publiquement brûlé un exemplaire du Coran, a provoqué des manifestations meurtrières en Afghanistan sans pour autant servir de leçon à la bureaucratie de l'armée américaine qui a détruit beaucoup plus d'exemplaires du livre saint que le pasteur aurait pu imaginer.

    L'armée américaine a retiré de la bibliothèque de la prison de Bagram 48 exemplaires du Coran que les détenus utilisaient pour se passer des messages écrits et les a envoyés dans un incinérateur. Cette démarche a provoqué une nouvelle vague de manifestations qui ont fait 41 morts, dont deux conseillers militaires américains de haut rang.

    7. Encouragement de la pédophilie

    Bien que la pédophilie soit interdite en Afghanistan, elle est très répandue dans la société pachtoune. Les troupes américaines ont reçu l'ordre de ne pas s'opposer aux pratiques de ce genre — appelées "jeux de garçon" — parmi les hauts fonctionnaires afghans.

    8. Le massacre d'Azizazad, 2009

    Avant de frapper l'hôpital de MSF à Kunduz, un bombardier Lockheed AC-130 s'était illustré dans un raid aérien contre le village d'Azizazad où des chefs talibans étaient supposés se cacher. Comme les pilotes ne pouvaient pas identifier les cibles depuis leur AC-130, ils ont méthodiquement détruit huit maisons et tué 92 civils.

    9. Le massacre de Granaï, 2009

    Ce massacre constitue un autre cas qui a bouleversé le public afghan. En appuyant une attaque des troupes au sol, l'aviation américaine a largué des bombes sur le village de Granaï, lieu d'un échange de tirs entre les militaires US et les talibans.
    Cette attaque a fait 147 morts, la plupart étant des femmes et des enfants. Par contre, il n'existe aucune information sur les talibans tués dans ce raid.

    10. Les problèmes de morale

    Un handicapé dans une rue de Kaboul
    © Sputnik. Alexander Grashchenkov
    L'armée américaine se trouve confrontée à une baisse de la discipline, ainsi qu'à de nombreuses pratiques répréhensibles telles que la tendance de certains soldats à poser avec des parties de corps de terroristes kamikazes. On connaît également le cas de quatre marines américains qui ont uriné sur les cadavres de quatre hommes soupçonnés d'être des combattants talibans, mais qui pouvaient être des ouvriers locaux.

    Un groupe de soldats connu sous le nom de Kill Team a tué des civils afghans lors de combats truqués, et ce à la seul fin de se faire photographier avec des parties de leurs corps et de garder ces dernières comme trophées.

    Lire aussi:

    Le Pentagone a gaspillé des milliards USD en Afghanistan, en Irak et en Syrie
    Afghanistan: 715 milliards de dollars de dépenses US pour rien
    Afghanistan: Moscou préoccupé par le regain d'activité des extrémistes
    Tags:
    US Air Force, bombardements, hôpital, frappe aérienne, talibans, Médecins sans frontières (MSF), Oussama ben Laden, Kunduz, Afghanistan, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik