Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine (à gauche) et Nicolas Sarkozy

    Rencontre Sarkozy-Poutine avant fin octobre

    © Sputnik. Alexei Nikolsky
    International
    URL courte
    4532332126

    Nicolas Sarkozy, président du parti Les Républicains, se rendra à Moscou "avant fin octobre" pour rencontrer le président russe Vladimir Poutine, a-t-on appris mercredi soir de sources concordantes.

    Ces sources n'ont pas précisé à l'AFP la date exacte de la rencontre entre MM. Sarkozy et Poutine.

    Cette rencontre doit intervenir alors que la Russie de Vladimir Poutine est sous le feu des projecteurs en raison de ses bombardements sur la Syrie.

    Ces bombardements sont critiqués à la fois par le président François Hollande et le président américain Barack Obama qui accusent Moscou de viser aussi l'opposition modérée au président syrien Bachar al-Assad et pas seulement le groupe Etat islamique (EI).

    Washington a ainsi affirmé mercredi que "plus de 90%" de ces frappes ont concerné des organisations armées syriennes modérées qui combattent le régime de Damas.

    Les forces armées russes soulignent qu'elles agissent en Syrie à la demande du président Bachar el-Assad et ne visent que les positions et infrastructures de l'Etat islamique. Les avions russes effectuent, depuis le 30 septembre, des frappes ciblées contre les sites des terroristes. Le 7 octobre, des missiles russes ont également été tirés sur les sites de l'EI depuis des navires en mer Caspienne.

    Les missiles ont notamment frappé des usines de production d'obus et d'explosifs, des postes de commandement, des dépôts de munitions, de combustible et d'armes, ainsi que des camps d'entraînement des terroristes.

    Lire aussi:

    Trump insulte Assad: la réponse de Damas
    Moscou dénonce les «projets apocalyptiques» sur les raids US contre l’armée syrienne
    Assad: la coalition dirigée par les USA n’a jamais réellement lutté contre le terrorisme
    Tags:
    Nicolas Sarkozy, Vladimir Poutine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik