Ecoutez Radio Sputnik
    Laurent Fabius

    Fabius: pas d'unité en Syrie tant qu'Assad sera au pouvoir

    © AFP 2017 ERIC PIERMONT
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (2014) (607)
    172595169

    Les crimes commis par Assad empêchent de parvenir à l'unité dont a besoin la Syrie, selon le chef de la diplomatie française.

    Il est impossible d'obtenir l'unité nécessaire en Syrie tant que le poste de président du pays sera occupé par Bachar el-Assad, a estimé mercredi à Tanger le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius.

    La France est, selon lui, persuadée que les crimes commis par Assad empêchent de parvenir à l'unité dont la Syrie a besoin, rapporte l'agence Maghreb arabe presse.

    Par ailleurs, le ministre a souligné la nécessité de former en Syrie un gouvernement d'unité nationale pouvant inclure certains représentants du régime actuel dont des militaires, ainsi que des membres de l'opposition non terroriste.

    Une telle alliance serait capable, selon lui, de contrer, conjointement avec l'armée syrienne, les groupes terroristes dont l'Etat islamique.

    S'agissant de l'opération des forces armées russes en Syrie, M. Fabius a exprimé la position de Paris selon laquelle outre les opérations militaires contre l'EI et la Front al-Nosra, un processus politique de transition est nécessaire.

    M. Fabius prenait part à une réunion des chefs des diplomaties du groupe 5+5 qui réunit dix pays du littoral de la mer Méditerranée (l'Italie, l'Espagne, Malte, le Portugal et la France; l'Algérie, la Libye, la Mauritanie, le Maroc et la Tunisie).

    Dossier:
    Situation en Syrie (2014) (607)

    Lire aussi:

    La France ouvre une enquête contre Assad pour crimes de guerre
    Fabius: la Russie ne fait rien pour combattre l'EI
    Fabius: les frappes aériennes en Syrie doivent cibler tous les terroristes
    En frappant l'EI, la France devient-elle l'alliée objective d'el-Assad?
    Tags:
    Bachar el-Assad, Syrie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik