Ecoutez Radio Sputnik
    Migrants

    Expulsion de migrants: le Parti Gauche vs Les Républicains

    © AP Photo/ Markus Schreiber
    International
    URL courte
    Crise migratoire (779)
    51169134

    Une secrétaire nationale du Parti de Gauche a qualifié l'approche de François Hollande et d'Angela Merkel de "politique de la girouette", alors qu’un député des Républicains estime qu’"il faut savoir véritablement contrôler ces flux migratoires".

    Face aux récentes informations du document secret dévoilé mercredi par le quotidien britannique Times sur l'éventuelle expulsion de 400.000 migrants prévue en Europe, la secrétaire nationale du Parti de Gauche en charge de la formation et des questions migratoires Nolwenn Neveu et le député des Républicains Jacques Myard se sont exprimés jeudi sur le sujet lors d'une interview accordée à Sputnik.

    "Effectivement l’information est assez inquiétante qui confirme par ailleurs la politique répressive et sécuritaire menée par l’Union européenne en matière de gestion des questions des migrants, ce qui me paraît assez alarmant", a déclaré la secrétaire nationale.

    Selon Mme Neveu, le président français et la chancelière allemande se sont déjà confrontés à la médiatisation puisque, d'après elle, "l’arrivée de migrants n’est pas spécialement nouvelle".

    De ce fait, la secrétaire du Parti de Gauche a fortement critiqué leurs façons de s'y prendre.

    "Ils se sont tous les deux caractérisés par des voltefaces: on va accueillir les migrants, finalement on ne va pas les accueillir. Finalement on va les renvoyer chez eux, etc. Donc c’est une politique de la girouette, une politique qui refuse de se confronter à des réalités, à des responsabilités et moi je n’ai absolument pas confiance dans leur volonté d’impulser une gestion collective et solidaire des arrivées de migrants et de l’aide de ces populations qui arrivent ni dans leur capacité de le faire en tout cas", a estimé Mme Neveu en rajoutant, "je pense qu’ils ne sont pas capables parce qu’ils n’ont pas de volonté".

    "Fermer des frontières" est, d'après la porte-parole, "criminel". En outre, cette fermeture n'est pas admissible aussi parce que "cela n’empêche pas les migrants d’arriver puisqu’ils ne viennent pas chez nous parce qu’ils veulent trouver un pôle d’attraction, ils viennent chez nous parce que la vie chez eux n’est plus possible, c’est la mort chez eux".

    De même, Mme Neveu a estimé que la constitution française n'est pas respectée, en expliquant que le respect du droit d'asile en fait partie.

    "Puisque seules 20% des demandes d’asile sont examinées et accordées. Le traitement des migrants en France est absolument indigne d’une démocratie, d’un pays qui est développé", a-t-elle indiqué.

    Jacques Myard, député du parti Les Républicains, a déclaré de son côté, "l’Europe dit oui on peut prendre des migrants qui sont en danger au regard de leurs personnes, au regard des conventions de Genève et qui demandent l’asile politique, en revanche pour ce qui est des migrants économiques, il n’est pas question de les prendre directement".

    Dossier:
    Crise migratoire (779)

    Lire aussi:

    Ministre britannique: l’unité de la société mise à l’épreuve par l’afflux de migrants
    UE: 630.000 migrants entrés illégalement en 2015
    Migrants: l'Allemagne traduit sa constitution en arabe
    Tags:
    migrants, Sputnik, François Hollande, Angela Merkel, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik