International
URL courte
Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)
521232
S'abonner

Grâce aux interventions publiques de Vladimir Poutine, la situation de la Russie sur la scène internationale s'améliore, et la levée des sanctions antirusses n'est plus loin, lit-on sur les pages du magazine Forbes.

La réputation de la Russie dans le monde est à présent bien meilleure qu'il y a quelque mois, constate Forbes et invite les étrangers à réfléchir à investir dans ce pays. 

L'Allemagne et la France se sont lassées du long conflit russo-ukrainien et se penchent progressivement du côté de la Russie qui, à la différence de Kiev, respecte les accords de Minsk, constate l'édition. Selon le président de Bretton Woods Research Vladimir Signorelli, on peut s'attendre à la levée des sanctions dès le premier trimestre 2016. 

"Angela Merkel a reconnu que la Crimée resterait un territoire russe. La péninsule n'est pas mentionnée dans les accords de Minsk. Comme la levée des sanctions n'est conditionnée que par la mise en application des accords de Minsk, le régime des sanctions sera obligatoirement levée d'ici juin 2016", estime M.Signorelli. 

Kiev, Ukraine. Image d'illustration
© REUTERS / Gleb Garanich
La levée des sanctions permettra à la Russie d'améliorer ses relations avec l'Europe et profitera aux deux parties. Forbes fait remarquer par ailleurs que l'Ukraine, dont l'économie "se trouve dans un état déplorable", a aussi intérêt à ce que la guerre finisse le plus tôt possible.

Il est fort probable que l'Ukraine s'engage dans la voie du développement occidentale, mais elle devra bon gré malgré maintenir des relations avec la Russie. 

Toujours est-il, a estimé Vladimir Signorelli, que la résolution du conflit russo-ukrainien serait "mutuellement avantageuse".

Dossier:
Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)

Lire aussi:

Dupont-Aignan demande la levée "d'urgence" des sanctions contre la Russie
Sanctions: le Bundestag propose à la Douma un "comité antiglaciaire"
Le secrétaire général de l'Otan appelle à prolonger les sanctions antirusses
Didier Raoult interpelle l'OMS sur le remdesivir et en dénonce les effets secondaires
Tags:
conflit, sanctions, Forbes, Vladimir Signorelli, Vladimir Poutine, Europe, Ukraine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook