International
URL courte
Traité de partenariat transpacifique (TPP) (29)
8853
S'abonner

Un accord a été conclu lundi sur le partenariat transpacifique, prévoyant la création d’une zone de libre-échange entre les pays de l’Asie-Pacifique.

L'Accord de partenariat transpacifique (TPP) pourrait mener au monopole des plus grands groupes pharmaceutiques, en limitant l'accès des habitants aux médicaments vitaux dans les pays concernés et arrêtera les projets des biovaccins, y compris contre le cancer, ont conclu des experts de WikiLeaks se basant sur le texte secret publié par une source impliquée dans le TPP.

Or dans ce document dévoilé par le site lanceur d'alerte, il est réclamé d'arrêter "l'élaboration, la production et l'accès aux préparations biologiques composés de l'albumine des plantes, des animaux et du sang humain s'ils n'ont pas de brevets ou ne sont pas en attente de réception du brevet".

Toute la branche se heurtera à la nécessité de recevoir une nouvelle licence. Il s'agit non seulement du médicament en lui-même, mais aussi des méthodes de sa réception, c'est pour cela que les sociétés pharmaceutiques ayant déjà cette licence, "recevront un droit d'exclusivité", indique l'analyse.

Des préparations vitales comme l’insuline pourront être interdites car les sociétés régionales n'auront pas de brevets pour sa production, selon la loi des brevets américaine.

L'accord prévoit deux variantes d'adaptation du marché pharmaceutique, pour cinq et huit ans. Cependant, les experts ont des craintes que cela puisse prendre plus de temps et que la situation mènerait à l'augmentation considérable des prix de la production à cause du prix élevé de réception de la licence.

Dossier:
Traité de partenariat transpacifique (TPP) (29)

Lire aussi:

Hillary Clinton s’oppose au Partenariat transpacifique
UE: 700 médicaments génériques indiens interdits
TPP: l'opposition sud-coréenne met en garde contre une adhésion hâtive
Ce qu’il en coûte de voler des montres au roi du Maroc
Tags:
Traité de partenariat transpacifique (TPP), WikiLeaks
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik