Ecoutez Radio Sputnik
    Jens Stoltenberg

    Le secrétaire général de l'Otan estime inopportun d'isoler la Russie

    © AP Photo/ Virginia Mayo
    International
    URL courte
    585447014

    Comme la Russie est engagée dans la résolution de plusieurs graves problèmes internationaux, ce n’est pas une bonne idée d’isoler le pays, cela n’est pas utile pour la défense de la stabilité mondiale, a déclaré le secrétaire général de l’Organisation du traité atlantique nord Jens Stoltenberg.

    M.Stoltenberg a évoqué l'attitude envers la Russie lors de son discours à la réunion de l'Assemblée parlementaire de l'Otan, dans la ville norvégienne de Stavanger.

    "La Russie est notre grand voisin, c'est un membre du Conseil de sécurité de l'Onu. Chaque fois que nous tenterons de trouver une solution au problème des armes chimiques en Syrie, (que nous discuterons, ndlr) de l'accord nucléaire avec l'Iran, lorsque nous chercherons un règlement politique à la guerre en Syrie ou que nous résoudrons d'autres questions, alors, d'une façon ou d'une autre, la Russie sera engagée. C'est pourquoi l'idée d'isoler la Russie n'est pas bonne pour nous et n'est pas bonne pour la stabilité mondiale et la paix", a déclaré le secrétaire général de l'Otan.

    Il semble donc que M.Stoltenberg ait considérablement changé sa vision de la Russie et des relations avec le pays. Il y a quelques semaines, ses affirmations étaient tout autres. En particulier, M.Stoltenberg a appelé à prolonger les sanctions antirusses lors de sa visite en Ukraine, en septembre dernier.

    Il existe par ailleurs une opinion voulant que l'ordre mondial caractérisé par la domination occidentale soit en passe de changer. Selon le magazine allemand Der Spiegel, l'époque de cette domination appartient aujourd'hui au passé et l'Amérique n'a plus d'incidence déterminante sur l'ordre mondial.

    Pendant plusieurs mois, l'Occident n'a eu de cesse de répéter que la Russie se trouvait isolée du monde entier. Pourtant, la politique internationale ne gravite plus autour de l'Europe, et Washington, lui aussi, a considérablement perdu en pouvoir.

    Lire aussi:

    L'Otan dénonce une "escalade" militaire russe
    Moscou répondra systématiquement aux démarches de l'Otan
    Incident aérien en Turquie: l'Otan se lance dans la guerre de l'information
    Nouveau centre de commandement de l'Otan bientôt à Cracovie
    Tags:
    crise syrienne, stabilité, diplomatie, sanctions, Conseil de sécurité de l'Onu, OTAN, Jens Stoltenberg, Occident, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik