International
URL courte
14437
S'abonner

Deux ans après les révélations faites par Edward Snowden et le site lanceur d’alertes Wikileaks, un nouveau site publie des documents confidentiels relatifs aux opérations militaires US dans le monde, en mettant l’accent sur l'usage des drones par des forces armées américaines.

Le site Intercept a publié jeudi une série de documents portant sur l'usage des drones chargés d'abattre des cibles dans les pays de l'Afrique et du Proche-Orient. Selon Intercept, toutes ces données ont été présentées par une personne éprise de vérité désirant garder son anonymat.

Selon les révélations concernant l'activité de la CIA et du Joint Special Operations Command (JSOC, commandement chargé de diriger et de coordonner les unités des forces spéciales des différentes branches de l'armée américaine, ndlr), près de 90% des victimes des drones US au cours de cinq mois n'étaient pas les cibles visées. Le site a également éclairci la façon dont le gouvernement américain choisit ses cibles, décidant ainsi qui allait mourir ou rester en vie.

Drones militaires US
© REUTERS / Patrick T. Fallon
"Une intensification de l'examen de listes sans précédent, le monitoring des profils de personnes, la composition de listes de noms et l'attribution des numéros, l'émission d'une sentence tacite à l'échelle mondiale, tout cela était dès le début incorrect", a fait savoir la source au site Intercept.

Il est à noter que quand des représentants de l'administration de Barack Obama évoquaient l'usage des drones, ils ont confirmé à plusieurs reprises que les attaques ne seraient effectuées qu'en cas d'une menace directe et que contre des cibles précisément définies.

Or, selon les documents rendus publics par Intercept, neuf personnes sur dix tuées par des drones en Afghanistan n'étaient pas des cibles définies.

Un autre exemple: en 2011 et 2012, l'armée US a effectué plus de 54 attaques de drones au Yémen en causant la mort de 293 personnes, dont 55 civils.

Selon la source divulguant des données secrètes, il s'agit non seulement d'un usage illégitime des drones: on assiste également au déploiement des drones partout dans le monde.

Ainsi, le site indique que le Commandement des États-Unis pour l'Afrique (AFRICOM, ndlr) a installé des bases secrètes en Somalie.

Le Pentagone a également des postes à Djibouti, en Ethiopie, au Kenya, au Tchad, aux Seychelles, au Burkina Faso, au Cameroun, en République centrafricaine, au Gabon, au Ghana, au Mali, au Soudan du Sud, en Ouganda et au Sénégal.

Il semblerait qu'en déployant des drones et en installant un réseau de petits postes militaires dans différents pays, Washington soit en train de renforcer sa présence et de prendre le contrôle des régions entières.

Y a-t-il un pilote dans l'avion?
© Sputnik .
Y a-t-il un pilote dans l'avion?

 

Lire aussi:

Le Pentagone compte intensifier l’usage des drones
Les Etats-Unis testent des drones
Les USA développent des armes contre les drones russes et chinois
Un «tueur de chiens» vivant dans l’eau découvert sur une plage australienne - photo
Tags:
décès, attentat, opération militaire, victimes, drone, Afrique, Washington, Proche-Orient, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook