Ecoutez Radio Sputnik
    La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova

    Crash du MH17: "Moscou veut plus que tout autre que la vérité soit faite"

    © Sputnik . Anton Denisov
    International
    URL courte
    Crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines en Ukraine (294)
    51504
    S'abonner

    Le ministère russe des Affaires étrangères a critiqué les déclarations du chef de la diplomatie néerlandaise Bert Koenders accusant la Russie de semer la "confusion" concernant le crash du vol MH17, tout en soulignant que Moscou était intéressé par l'établissement de la vérité plus que toutes les autres parties prenantes.

    "En ce qui concerne la "confusion" que le ministre néerlandais des Affaires étrangères mentionne, il parle probablement de l'absence de réponses claires côté hollandais aux questions que la partie russe a posées à plusieurs reprises aux Pays-Bas ainsi qu'à tous ceux qui ont participé à l'élaboration du rapport sur le crash du Boeing", a annoncé vendredi la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova lors d'une conférence de presse.

    Elle a souligné qu'"à toutes nos questions, non seulement logiques mais basées sur une analyse d'experts, nous n'avons pas reçu de réponses claires".

    Mme Zakharova a également commenté la déclaration de M.Koenders sur le fait que la Russie n'était pas intéressée par la publication du rapport final sur les causes du crash du Boeing 777.

    "En ce qui concerne les intentions des Russes, je peux dire que la Russie veut que la lumière se fasse sur ce qui s'est passé dans le ciel de l'Ukraine il y a un an, encore plus que les autres", a-t-elle souligné.

    Vendredi, Bert Koenders a accusé la Russie d'avoir provoqué de la confusion autour des causes du crash du Boeing malaisien en Ukraine.

    Le ministre néerlandais des Affaires étrangères a ajouté avoir essayé de contacter son homologue russe Sergueï Lavrov afin de discuter de ce problème, en vain.

    Selon Maria Zakharova, le chef de la diplomatie néerlandaise avait exigé que Sergueï Lavrov participe à une conversation sur l'enquête du crash du Boeing-777 en Ukraine le jour de la publication du rapport le 13 octobre, quand le ministre russe avait un agenda très chargé. Aucune autre tentative d'établir le contact n'a eu lieu.

    Le vol MH17, avec 298 personnes à son bord, s'est écrasé le 17 juillet 2014 dans l'est de l'Ukraine, en proie à une guerre civile, alors qu'il assurait la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur, sans laisser de survivants. Les autorités de Kiev et les insurgés s'accusent mutuellement de cette catastrophe.

    Mardi, la commission néerlandaise a présenté les résultats de l'enquête sur le crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines en Ukraine sur la base aérienne de Gilze-Rijen. Selon le président de la commission d'enquête Tjibbe Joustra, le Boeing a été abattu par un missile sol-air Bouk 9М38 depuis un territoire de l'est de l'Ukraine.

    La partie russe a pour sa part affirmé qu'il était impossible de déterminer exactement les éléments ayant contribué à abattre le Boeing, tout en soulignant que le missile sol-air Bouk 9М38, qui aurait abattu l'avion de Malaysia Airlines, a été retiré du service depuis la fin des années 1990, le dernier en date ayant été fabriqué en 1986.

     

    Dossier:
    Crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines en Ukraine (294)

    Lire aussi:

    La Russie relance l'enquête sur le crash du vol MH17
    La commission néerlandaise présente le rapport sur le crash du vol MH17
    Crash du Boeing malaisien en Ukraine: diaporama de la tragédie
    Tags:
    décès, enquête, conclusion, rapport, MH17, victimes, crash d'avion, Bert Koenders, Sergueï Lavrov, Maria Zakharova, Malaisie, Pays-Bas, Europe, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik