Ecoutez Radio Sputnik
    négociations sur le nucléaire iranien

    L’accord sur le nucléaire iranien entre en vigueur

    © AFP 2019 POOL / JOE KLAMAR
    International
    URL courte
    Nucléaire iranien (2015) (124)
    3203

    Après plus d’une décennie de négociations diplomatiques, l’accord sur le nucléaire iranien, conclu le 14 juillet à Vienne entre l’Iran et les grandes puissances, entre en vigueur ce dimanche 18 octobre.

    Cette période de trois mois avait été prévue dans l'accord pour permettre au Congrès américain et au Parlement iranien d'examiner le document. A la différence des Etats-Unis, qui n'ont finalement pas réussi à imposer un vote sur l'accord, les députés iraniens ont donné, le 13 octobre, leur feu vert au texte, qui a été promulgué le lendemain par le Conseil des gardiens de la Constitution.

    Afin de superviser la mise en œuvre de l'accord, une commission conjointe comprenant les représentants de Téhéran et les grandes puissances se réunira lundi à Vienne.

    En outre, il est prévu le même jour de faire ratifier l'accord par l'UE et l'Iran afin de lever toutes les sanctions économiques et financières liées au nucléaire iranien.

    Néanmoins, l'UE va formellement lever dimanche ses sanctions contre l'Iran, mais cette mesure n'entrera en vigueur au plus tôt que fin décembre, et seulement si Téhéran réduit réellement son programme nucléaire, a indiqué vendredi un diplomate occidental à Bruxelles, cité par l'AFP.

    "Mais ceci ne s'appliquera (…) qu'une fois que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) aura coché toutes les cases", c'est-à-dire vérifié la mise en œuvre, un par un, des engagements pris par l'Iran pour réduire substantiellement son programme nucléaire, a-t-il ajouté.

    Dans le cadre de cet accord qui a mis fin à plus d'une décennie d'isolement diplomatique de la république islamique, l'Iran a déjà accepté de réduire le nombre de ses centrifugeuses de 19.000 (dont la moitié en activité) à environ 6.000, pour dix ans.

    Dans le but de rassurer la communauté internationale, Téhéran modifiera également son réacteur à eau lourde d'Arak (centre de l'Iran) afin de réduire la production de plutonium, autre source possible de matière fossile militaire.

    L'Iran doit aussi réduire à 300 kg, pour une durée de 15 ans, son stock d'uranium faiblement enrichi (LEU), actuellement de 10 tonnes, notamment grâce à la vente d'une partie de ces combustibles à la Russie.

    Il a par ailleurs accepté de se soumettre à des contrôles poussés de ses sites nucléaires, y compris à des inspections inopinées de l'AIEA.

    Dossier:
    Nucléaire iranien (2015) (124)

    Lire aussi:

    Mogherini: l'accord sur le nucléaire iranien aidera à sécuriser la région
    Téhéran: feu vert pour la mise en œuvre de l'accord sur le nucléaire
    Président iranien: l'AIEA doit respecter les limites de ses fonctions
    L'ex-Président égyptien Mohamed Morsi est décédé lors d'une comparution au tribunal
    Tags:
    programme nucléaire iranien, Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Union européenne (UE), Téhéran, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik