Ecoutez Radio Sputnik
    Parlement européen

    Le Conseil de l'UIP dit non aux sanctions contre les parlementaires

    © Flickr / European Parliament
    International
    URL courte
    7532

    Dimanche, le Conseil de l'Union interparlementaire a désavoué les sanctions contre les parlementaires et a soutenu la décision de ne tenir ses événements que dans des pays sans restrictions de visas pour les parlementaires, a déclaré le chef de la commission des affaires internationales du Conseil de la Fédération de Russie.

    Dimanche, le Conseil de l'Union interparlementaire (UIP) a jugé inacceptables les sanctions contre les parlementaires, a déclaré Konstantin Kossatchev, chef de la commission des affaires internationales du Conseil de la Fédération (sénat russe).

    Le Conseil a également soutenu la décision de ne tenir ses assemblées que dans des pays qui accueillaient tous les parlementaires.

    "L'UIP confirme sa fidélité au principe et à la politique prévus par les Statuts de l'UIP de ne tenir des assemblées que dans les pays où tous les membres de l'organisation et tous les observateurs (…) soient sûrs que tous les visas nécessaires seront délivrés.", a souligné Konstantin Kossatchev.

    Le député russe Alexeï Pouchkov a commenté cette décision sur son compte Twitter:

    "L'Union refuse de tenir ses Assemblées dans des pays ayant instauré des sanctions contre les parlementaires, un affront pour les États-Unis, le Canada, l'Australie et l'UE."

    Et d'ajouter: "L'UIP comprend 143 pays. A la différence de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe et L'Assemblée parlementaire de l'OTAN, sa décision exprime l'opinion de la plupart des pays du monde et pas seulement de l'Alliance occidentale."

    Plus tôt, la délégation du Conseil de la Fédération de Russie (Sénat russe) a annulé sa visite à New York, car les USA avaient délivré à la présidente du Conseil Valentina Matvienko un visa avec plusieurs restrictions concernant son séjour dans le pays. Des restrictions qui ont rendu impossible sa présence à la Conférence mondiale des présidents de parlement à New York du 31 août au 2 septembre.

    Le ministère russe des Affaires étrangères a qualifié cette démarche d'inacceptable car représentant une grave violation des normes du droit international et allant à l'encontre des obligations des pays accueillant sur leurs territoires des forums multilatéraux.

    Et d'ajouter que Washington bloquait la possibilité d'exprimer r des approches divergeant des priorités et des directives politiques américaines.

    Lire aussi:

    Exit le F-35, la Turquie dévoile son propre projet d'avion furtif, «le meilleur chasseur en Europe» (photo)
    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Para bellum: un ultimatum de Washington à l’Iran révélé
    Tags:
    sanctions, restrictions, visas, parlement, Conseil de l'Union interparlementaire, Union européenne (UE), Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik