Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeaux israélien et palestinien

    Israël vs Palestine : la guerre de l'information fait rage

    © AP Photo /
    International
    URL courte
    34526
    S'abonner

    Les enfants palestiniens auraient appris à l'école comment poignarder les juifs, dénonce l'ambassadeur d'Israël auprès de l'ONU La Cisjordanie. Jérusalem et Israël sont actuellement en proie à des violences quotidiennes depuis début octobre, un conflit alimenté par des spéculations médiatiques.

    Vendredi, avant le début de la réunion du Conseil de sécurité de l'ONU à New York, Danny Danon,  nouvel ambassadeur d'Israël auprès de l'ONU, a montré un diagramme du corps humain intitulé "Comment poignarder un Juif".  Il a prétendu que cette image était montrée à des jeunes palestiniens qui avaient appris "comment détester".

    Ces affirmations qui n'ont pas été vérifiées par des sources indépendantes surviennent au moment de grandes tensions à Jérusalem et en Cisjordanie, où au moins 41 Palestiniens et sept Israéliens ont été tués suite à des violences dans les rues. 

    L'histoire la plus médiatisée est sans doute celle d’Ahmad Manasrah, un jeune Palestinien de 13 ans, qui a attaqué à Jérusalem un jeune juif de son âge au couteau lundi avant d'être violemment vengé par des adultes armés. Après avoir blessé un adolescent de son âge alors qu'il montait sur son vélo pour s'échapper, très vite, Ahmad a été poursuivi par des adultes, prêts à l'achever et qui l'ont rabattu vers les garde-frontières. Ceux-ci ont ouvert le feu et l'ont blessé par des tirs. Son cousin est mort, renversé intentionnellement par une voiture alors qu’il tentait de fuir.

    Curieusement, les médias israéliens et palestiniens racontent deux versions différentes.

    Le côté palestinien voit en Ahmad un martyr souvent comparé à Mohamed al-Dura, jeune Gazaoui tué devant la caméra de France 2 en 2000, au début de la Deuxième Intifada. 

    Mahmoud Abbas, Chef de l'Autorité palestinienne, a déclaré à plusieurs reprises qu’Ahmad "a été fusillé de sang-froid par les Israéliens". Pour apporter des preuves, le ministère palestinien de l’Information a diffusé sur YouTube une vidéo intitulée "La violence israélienne révélée", montrant Ahmad allongé par terre et criant des mots incompréhensibles, insulté violemment. 

    Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, quant à lui, est plus qu'inquiet. Ce conflit sanglant peut fortement influencer l’opinion palestinienne et arabe israélienne comme cela avait été le cas lors de la mort d’Al-Dura. 

    Alors, pour influencer l'opinion publique, Benyamin Nétanyahou a encouragé la diffusion par la police de la séquence des événements, toujours incomplète. Cette séquence montre que les deux cousins étaient armés et agressaient des passants. Pourtant, cette version des évènements ne fait pas mention de la scène finale, la plus violente, durant laquelle l'adolescent ensanglanté et en pleurs, allongé par terre, jambes repliées, se fait insulter par des gens furieux.

    L'incitation à la haine se répand sur les réseaux palestiniens et israéliens.

    Les appels à porter plus des fusils et des couteaux, et à boycotter les entreprises arabes ont également se multiplient sur le Net. Les photos de terroristes arabes tués circulent de plus en plus. 

    L'un des messages les plus populaires sur Internet a été celui d'Eden Levy, soldate israélienne, ayant posté une photo avec un commentaire: "Haïr les Arabes n’est pas du racisme, c'est une valeur." La page a finalement été bloquée après avoir reçu plusieurs messages de soutien.

    En réponse à cette vague d'agressions, un nouveau réseau international constitué de groupes israéliens et de particuliers "engagés à lutter pour la justice en Palestine" a lancé une pétition qui fait appel à la fin des tueries et de l'occupation. Actuellement, les représentants de 16 pays dont le Brésil, l'Australie et l'Afrique du sud et de 15 organisations ont déjà rejoint ce réseau.

    Dans son introduction à la déclaration, le groupe souligne qu'il "considère l'identité juive non pas comme une identité nationaliste mais comme celle qui célèbre nos racines diverses, nos traditions et nos communautés, où que l'on soit dans le monde. Nous croyons qu'il est essentiel d'être le porte-parole mondial qui défie les politiques destructrices d'Israël, en solidarité avec la lutte palestinienne".

    Depuis début octobre, 41 Palestiniens ont été tués, et des centaines ont été blessés. Sept Israéliens ont également péri et des dizaines ont été blessés.


    Lire aussi:

    Jérusalem: nouvelle attaque au couteau, l'auteur "neutralisé" par balles
    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    La France va expérimenter dès 2020 une «monnaie centrale digitale»
    Tags:
    arme blanche, violences, balles, conflit, agression, Conseil de sécurité de l'Onu, Danny Danon, Benjamin Netanyahu, Mahmoud Abbas, Mohamed al-Dura, Ahmad Manasrah, Gaza, Palestine, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik