Ecoutez Radio Sputnik
    Journal

    La presse française, alliée objective de l'intervention russe en Syrie

    © Flickr/ guasteví
    International
    URL courte
    872453

    Depuis le début des opérations militaires en Syrie, aucun succès ou échec de la Russie n'est passé sous silence par les médias du monde entier, mais la France occupe une position de choix par rapport aux autres pays, à en juger par les publications parues la semaine dernière.

    Selon les statistiques qui couvrent la période du 12 au 18 septembre, l'activité médiatique la plus importante a été enregistrée chez les médias français, avec 184 publications sur la Russie. La France est suivie par le Royaume-Uni et l'Allemagne, qui se montrent les plus agressifs sur la Russie, alors que les Etats-Unis s'avèrent curieusement discrets et indifférents avec 83 modestes publications, qui ont quant à elles une approche très réservée.

    La France, si elle honore la Russie en termes de publications dans la presse, ne hausse pourtant pas le ton à son égard, démontrant aussi une réaction neutre. Si la semaine passée, les médias français s'étaient donnés pour tâche de répertorier toute activité russe sur le sol syrien, on peut dire qu'il y sont parvenus. Ainsi, le journalisme français peut être qualifié d'exemplaire, en donnant le rapport le plus détaillé des opérations militaires en Syrie.

    Au contraire, le Royaume-Uni et l'Allemagne constituent "la coalition des mécontents", avec de multiples publications acariâtres à l'égard de la Russie.

    Où trouve-t-on les réactions les plus positives à l'intervention russe? Dans la presse syrienne, qui se montre reconnaissante envers les forces armées russes qui aident ce pays à éradiquer les terroristes de l'Etat islamique. Les médias d'Egypte, d'Irak, de Cuba et d'Oman s'expriment eux aussi en faveur des actions de la Russie ces derniers temps.

    Globalement, parmi les sujets qui préoccupent dernièrement la communauté internationale, on peut citer par ordre décroissant la réaction politique russe aux événements en Syrie, la politique extérieure russe en général, les relations russo-américaines et, finalement, la participation russe aux opérations militaires anti-EI.

    Mais ironiquement, quoi que les médias mondiaux disent à l'endroit de la Russie, ils alimentent ainsi inévitablement sa popularité sur la scène internationale.

    Selon toute apparence, ces statistiques récentes sont beaucoup plus neutres que les chiffres cauchemardesques qui émergent à l'occasion des attaques médiatiques "traditionnelles" envers la Russie. En tous cas, même s'il s'agit aujourd'hui d'une guerre de l'information contre Moscou, cette guerre manque considérablement d'ampleur, comparativement, par exemple, à celle qui a éclaté suite aux événements en Ukraine et en Crimée en 2014.

    Lire aussi:

    L'impopularité de Hollande bat son record
    Les nouvelles capacités militaires russes en Syrie impressionnent
    Quelle barbe, ces frappes russes!
    Macron et Castaner visés par une plainte à la Cour pénale internationale pour «crime contre l’humanité» (vidéo)
    Tags:
    presse, frappe aérienne, Système d'analyse "Russie dans le monde", Royaume-Uni, Syrie, France, Allemagne, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik