Ecoutez Radio Sputnik
    Fruits et légumes

    Malgré le blocus, la Turquie fournit des produits en Crimée

    © Fotolia / Aleksandar Mijatovic
    International
    URL courte
    37431
    S'abonner

    La Turquie, qui ne s'est pas jointe au concert de sanctions des pays occidentaux, fournit à la Crimée des fruits et des fruits secs par voie maritime dans les ports de la péninsule, rapporte le Service fédéral de contrôle vétérinaire et phytosanitaire (Rosselkhoznadzor).

    Selon le service, du 1er au 19 octobre, plus de 385 tonnes de fruits et plus de 20 tonnes de fruits secs turcs ont été acheminées aux ports de Sébastopol et d'Eupatoria.

    Tous les produits étaient frais et libre de toute contravention, à la différence des produits en provenance de l'Ukraine.

    Fin août, plusieurs produits avaient été bloqués à la frontière en raison de plusieurs violations.

    Ainsi, le 31 août, un lot de filet de poulet a été interdit d'entrée en Crimée, car si selon les documents le transporteur ne fournissait que 3 tonne de poulet surgelé, dans les faits il y en avait presque 20 tonnes. 

    Dans les conditions du blocus alimentaire, la Turquie est le seul pays étranger à fournir des produits directement en Crimée sans transiter par d'autres régions russes.

    Dans le même temps, les étrangers investissent des milliards de dollars en Crimée, sûrs de faire du profit et sûrs aussi du fait que la Crimée restera russe. Ainsi, des hommes d'affaires turcs ont signé un projet de bâtiment d'un hôtel cinq étoiles à 80 étages, en Crimée, prévoyant l'investissement d'une somme colossale de 12,5 milliards de dollars.

    Le 20 septembre, les députés de la Rada suprême (parlement ukrainien) ainsi que les anciens dirigeants des Tatars de Crimée Refat Tchoubarov et Moustafa Djemilev ont déclaré leur intention de fermer la frontière avec la Crimée aux livraisons de produits alimentaires.

    Pourtant, d'après Rouslan Balbek, chef-adjoint du gouvernement de la péninsule, leurs calculs sont complètement faux. Depuis près d'un an, pratiquement tous les produits alimentaires consommés en Crimée proviennent de Russie. Aussi, ce blocus n'est-il rien d'autre qu'une lutte contre des moulins à vent.


    Lire aussi:

    Crimée: les autorités aideront les investisseurs occidentaux à contourner les sanctions
    Tags:
    embargo, investissements, sanctions, Refat Tchoubarov, Rouslan Balbek, Moustafa Djemilev, Turquie, Crimée, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik