International
URL courte
Situation en Syrie (2014) (607)
52742
S'abonner

Le chef du service Opérations de l'état-major russe a indiqué qu'actuellement l'armée syrienne libère des villes et des bourgs dans lesquels l'aide médicale n’avait été apportée qu’aux combattants durant des mois et des années.

Femme syrienne avec des enfants, province d'Alep, Syrie, Oct. 21, 2015
© REUTERS / Hosam Katan
Femme syrienne avec des enfants, province d'Alep, Syrie, Oct. 21, 2015

Les enfants syriens qui ont été victimes des actions des terroristes, seront transférés dans des établissements de santé du ministère russe de la Défense sur ordre explicite du ministre de la Défense, a déclaré jeudi aux journalistes le chef du service Opérations de l'état-major russe, le général Andreï Kartapolov.

"Il est évident que la Syrie ne pourra pas aider tous les nécessiteux. A ce propos, le ministre (russe, ndlr) de la Défense a pris la décision d'apporter de l'aide médicale aux enfants ayant souffert des actions des terroristes dans les établissements de santé du ministère russe de la Défense. Après l'accomplissement de toutes les formalités juridiques, un premier groupe d’enfants en provenance de Syrie arrivera en Russie pour y être soigné", a-t-il annoncé. 

D'après M. Kartapolov, les terroristes qui se sont emparés des territoires syriens détruisent non seulement des monuments historiques mais ont également supprimé entièrement le système de santé public.

Des enfants syriens jouent, Maaret al-Naaman, la province d’Idlib, Syrie, Sept. 24, 2015
© REUTERS / Khalil Ashawi
Des enfants syriens jouent, Maaret al-Naaman, la province d’Idlib, Syrie, Sept. 24, 2015
Dossier:
Situation en Syrie (2014) (607)

Lire aussi:

Syrie: les avions russes ont détruit 72 sites terroristes en 53 missions
Jimmy Carter a transmis à la Russie les positions de l'EI en Syrie
La Russie appelle à une vaste coalition pour vaincre le terrorisme en Syrie
Un homme armé qui menaçait des passants à Avignon tué par la police
Tags:
ministère russe de la Défense, Andreï Kartapolov, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook