International
URL courte
Crise migratoire (789)
20229
S'abonner

Le programme du président de la Commission européenne contient des dispositions interdisant la libre-circulation des personnes entre les pays.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a élaboré un document contenant une liste de 16 propositions et exigences adressées aux dirigeants des pays membres de l'UE destinées à mettre fin au chaos actuel aux frontières de l'UE, a rapporté l'hebdomadaire allemand Spiegel.

"La politique de complaisance à l'égard du libre franchissement des frontières est inadmissible", stipule le paragraphe 12 du document dont l'idée principale est d'interdire aux Vingt-Huit de rediriger des milliers de migrants vers les pays voisins sans l'accord de ces derniers.

"Les voisins doivent travailler l'un avec l'autre, et non pas l'un contre l'autre", a souligné M.Juncker.
Le chef de la Commission européenne a également prôné la création d'un groupe de contact comprenant des représentants des pays membres de l'UE chargé de rendre plus efficace l'échange d''information sur les migrants enregistrés.

"Les chefs d'Etats doivent augmenter la possibilité de leurs pays d'accueillir ceux qui sont dans le besoin en leur offrant un logement, de la nourriture, un traitement médical, de l'eau et des conditions sanitaires", stipule le document.

M.Juncker a ajouté que si les pays ne peuvent pas le faire, l'UE recourra à son mécanisme de protection civile visant à assurer la coopération dans les situations d'urgence.

Afin de stabiliser la situation en Slovénie, qui traverse une période difficile suite à la fermeture de la frontière entre la Hongrie et la Croatie, Jean-Claude Juncker a proposé d'y envoyer 400 garde-frontières supplémentaires. Il s'est aussi prononcé pour une accélération du processus d'expulsion des migrants s'étant vus refuser l'asile.

Réfugiés à Stockholm
© AFP 2020 Jonathan Nackstrand
La liste des propositions de Jean-Claude Juncker a été envoyée aux pays européens qui participeront ce dimanche au sommet d'urgence à Bruxelles. Il s'agit de l'Autriche, de la Bulgarie, de la Hongrie, de la Suède, des Pays-Bas, de l'Albanie, de l'Allemagne, de la Grèce, de la Macédoine, de la Roumanie, de la Serbie, de la Slovénie et de la Croatie, particulièrement touchés par la crise migratoire. Les présidents de la Commission européenne, du Conseil européen et du Parlement européen, les chefs des agences de l'UE Frontex et EASO ainsi que le Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés y prendront également part.

L'immigration massive et illégale constitue une importante épreuve, qui divise au sein de l'UE. Les dirigeants des pays membres n'arrivent pas à gérer les flux migratoires en provenance des pays déchirés par les conflits armés. Selon certaines sources, plus de 600.000 migrants ont rejoint le territoire européen depuis le début de l'année 2015. Certains pays sont allés jusqu'à réintroduire des contrôles frontaliers afin d'endiguer l'afflux de réfugiés, remettant ainsi en cause les accords Schengen.

 

Dossier:
Crise migratoire (789)

Lire aussi:

L'Allemagne envisage d'expulser des migrants par avions militaires
Les Pays-Bas publient une lettre ouverte aux migrants
Les migrants continuent à déferler en grand nombre sur l'Europe
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Tags:
crise migratoire, refuge, migrants, sommet, Union européenne (UE), Jean-Claude Juncker, Slovénie, Autriche-Hongrie, Albanie, Roumanie, Suède, Bruxelles, Pays-Bas, Croatie, Macédoine du Nord, Bulgarie, Serbie, Europe, Grèce, Belgique, Hongrie, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook